حوار مع زهير المغزاوي، أمين عام حركة الشعب

ساندت حركة الشعب قرارات قيس سعيد منذ الإعلان عنها في 25 جويلية. وعلى عكس حزب التيار، حليفها البرلماني في الكتلة الديمقراطية، حافظت على موقفها المناصر لرئيس الجمهورية رغم عدم إحراز المسار أي تقدم. نواة حاورت زهير المغزاوي، أمين عام حركة الشعب،غداة خطاب رئيس الجمهورية في سيدي بوزيد.

Art vidéo : Infiltration nocturne dans la laverie de phosphate de Redayef

Dans sa vidéo « De mythes et de choses », l’artiste Souad Mani joue de l’exploration sonore et visuelle d’un site interdit d’accès, où l’infiltration nocturne se teinte d’une part intrigante de fiction. L’œuvre est projetée dans le cadre de l’exposition El Kazma, la section Art vidéo de la deuxième édition du festival Gabès Cinéma Fen, qui s’est tenu en ligne du 3 à 11 avril 2020.

Gabès : Exposition « El Kazma », observations vidéographiques

Le temps d’une exposition, un bunker de la deuxième Guerre mondiale peut se transformer en lieu d’art. Cela se passe à la Corniche de Gabès. En les délogeant du cube blanc de la galerie vers l’espace public, « El Kazma », du nom même de ce bunker, réunit une série d’œuvres vidéo, chacune exposée dans un conteneur et apparentée à quelque chose comme un poste d’observation. Initiée par « La Boîte », un lieu d’art contemporain, et commissionnée par Malek Gnaoui, cette exposition collective est organisée en partenariat avec la 3ème édition du Gabès Film Festival qui se tient du 20 au 26 avril 2018.

« Interstices » de Haythem Zakaria: paysages vidéographiques en résonance

On fera tous les reproches qu’on veut au minimalisme de Haythem Zakaria, mais pas celui d’être poseur. Avec son installation vidéo « Interstices », sa démarche ne recule pas devant l’appel des grands espaces. Il trouve dans les étendues désertiques et marines de quoi plier l’image vidéo aux latitudes du temps. Produite en 2017, cette œuvre a obtenu en mars 2018 le prestigieux Grand Prix du Japan Media Arts Festival, dans la section Art. Retour sur image.

Ismail Bahri : le peuple invisible des images

Voilà un film déconcertant, à l’image de ce qu’il fait. Ismail Bahri filme, dans « Foyer », une rue passante de Tunis. Sa caméra se fait le médium de micro-événements d’autant plus sensibles qu’on ne les voit pas. Avec un bout de papier placé sur la lentille de la caméra, le film dérobe à nos regards les situations et les passants filmés. Mais en faisant flotter chaque instant dans le suspense, la mise en situation de la caméra déplace le centre de gravité du film vers le hors-champ. On ne regarde plus alors ce qui se présente, mais on attend ce qui va venir. « Foyer » a été projeté le vendredi 27 janvier 2017 au Festival International du film de Rotterdam.  

Petit éloge de l’art vidéo

En photographie comme au cinéma, le temps propose et l’espace dispose. Mais que se passe-t-il avec l’art vidéo ? C’est l’espace-temps qui, d’un seul geste, compose. Huitième muse, l’art vidéo est l’une des dernières-nées des images de la reproduction. Sur la pointe des pieds, six jeunes artistes reprennent à contretemps ce geste de composition, avec pour enjeu d’essorer, à chaque fois, l’image jusqu’à la dernière goutte. Initiée par le cinéaste Ismaël Louati, l’exposition « Video ergo sum » se tient actuellement à la Galerie de l’Institut Français de Tunisie, et se poursuit jusqu’au samedi 26 novembre 2016.

Marzouki’s Request: Rendering a «Possible Foreign Military Sale to Tunisia» Actual and Immediate

It is perhaps owing to the urgency of his message, the grave threats that political instability in Libya and regional terrorism pose to Tunisia’s political climate in these next three months, the potential dissipation of a democratic alliance in the MENA region, the very straightforward request for military training and equipment, and more specifically twelve Black Hawk helicopters, that Marzouki’s appeal has been so widely diffused across US and international media outlets.
What is pertinent to note is that Marzouki’s request is the precipitous disbursal of materials that the US has already promised Tunisia.