Cinéma: « Streams » de Mehdi Hmili, côté face côté pire

En cinéaste de la fracture, Mehdi Hmili met en scène dans « Streams » la trajectoire d’une mère aux abois à la recherche de son fils en chute libre. S’il fait un pas en avant par rapport à « Thala mon amour » (2016), il bute en revanche sur les graisses d’un naturalisme qui ramène sa peinture sociale à un cadre plus ou moins rond. Actuellement en salles.

وزيرة المرأة الجديدة آمال موسى، في مديح الساسة وقول الشيء ونقيضه

عايشت وزيرة المرأة الحالية آمال موسى زمن الدكتاتورية وتغنت بها، ودافعت عن الحداثة ولفظت فيما بعد مبادئها، وانتقدت الانقلاب على نتائج الانتخابات وأصبحت وزيرة في حكومة رئيس ألغى نتائج الانتخابات، فـ”الحياة لم تضع بعد مساحيقها” بالنسبة للشاعرة وزيرة المرأة.

Du devoir de protéger les minorités en Tunisie

Nourri du conservatisme majoritaire, l’appareil administratif de l’État continue à bafouer dans une relative indifférence les droits les plus élémentaires des minorités sur la base de textes juridiques obsolètes. Sous prétexte que l’État se doit avant tout de préserver la société des écarts portant atteinte à son équilibre, les libertés individuelles sont foulées aux pieds.

“Kill Them, They’re Sodomites”: Police Violence Against LGBT People in Tunisia

On October 6, lesbian, gay, bisexual and transgender (LGBT) activists in Tunisia raised their voices and banners in the street, amid the hundreds of demonstrators who were peacefully protesting a draft law that would drastically limit criminal accountability for the use of force by the security forces. By a cruel irony, police attacked the demonstrators, including LGBT activists, and arbitrarily arrested them.

Abir Moussi: A Progressive, You Say?

With opposition to political Islam as her hobbyhorse, the former RCD member and current president of the Free Destourian Party (PDL) Abir Moussi has become the figurehead of opposition to Ennahdha. This positioning on the political chessboard has resulted in a meteoric rise. But is she really opposed to the Islamists’ social vision? Is she really progressive?

Deux ans de prison pour homosexualité au Kef ?

Le tribunal de première instance du Kef a condamné deux jeunes hommes à deux ans de prison en application de l’article 230 criminalisant l’homosexualité, selon des médias et les réseaux sociaux ayant repris une annonce de l’association Shams. Nawaat a contacté l’avocate et croisé les sources.