Il ne faut pas être grand clerc pour s’apercevoir que nos hommes politiques, dans leur majorité, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition, ou encore à cheval entre les deux, nous laissent, par leurs écarts de langage et de comportement, souvent groggy. Il suffit juste de les observer lors de leurs performances télévisuelles et de prêter l’oreille à leur discours pour s’en rendre compte. De par des échanges souvent tendus, ils frisent le ridicule et virent parfois au pugilat. Si bien que parfois on a l’impression que certains d’entre eux se font inviter par des animateurs sans scrupules, dans une course à l’audimat, juste pour amuser la galerie. Embourbés dans des diarrhées verbales et des discours superfétatoires, de surcroît truffés de platitudes et de généralités, ils nous apparaissent entièrement déconnectés de l’amère réalité que vit le citoyen lambda au quotidien. Mais qui s’en soucie vraiment ? S’ils ne contreviennent pas à la civilité par l’usage de l’insulte et du juron, ils déblatèrent les uns contre les autres.