Ça nous pendait au nez ! Je me demande, soit dit en passant, si cette expression ne vient pas de cette répugnante morve qui pend trop souvent au nez des enfants. Ce qui nous attend est bien moins appétissant. Beaucoup plus grave. Conséquence d’une contre-révolution rampante qui se camoufle – à peine – derrière des impératifs sécuritaires dont on se demande s’ils visent la violence jihadiste ou bien plutôt les multiples formes de résistance populaire qui s’obstinent à renouer avec l’esprit de Janvier.