leco-revue41

Chaque semaine, nous essayerons, dans cette chronique, de résumer l’actualité économique nationale, afin d’avoir une vue d’ensemble et ne pas se noyer dans la masse gigantesque d’informations disponibles, et de pouvoir assurer ainsi le suivi des projets annoncés.

Lundi 8

Le week-end a été mouvementé avec la coupure inopinée de la chaine Ettounseya par notre Berlusconi national, qui détient les fréquences de diffusion de la chaîne. La justice n’a pas encore tranché définitivement et Cactus Prod tient à résister à cette OPA qui aurait pu la mener à la faillite si ce n’était la solidarité de Tahar Ben Hessine, le PDG de El Hiwar Ettounsi, qui a permis à la chaîne de diffuser sur ses ondes.

Le ministère des Finances affiche un nouveau portail web avec un peu plus de données qui peuvent aider le citoyen à comprendre la situation financière du pays. On peut par exemple y trouver l’état d’exécution du budget jusqu’à avril 2013, et on y lit que seulement 29 % des recettes prévues par la loi de finances ont été réalisée, que 25 % du budget a été consommé, et que 88 % de ces dépenses sont des dépenses de gestion…

La situation paraît difficile, mais quand on apprend que seulement 30 % des employés des centres d’appels sont déclarés à la CNSS , on ne peut que conclure qu’il y a un manque flagrant de volonté politique, surtout qu’aujourd’hui les employés essaient d’alerter l’opinion publique sur le niveau de corruption élevée, comme c’est le cas de ces 300 employés de l’usine tuniso-indienne des engrais à Skhira .

Mardi 9

Un sondage de Transparency International estime que, pour 61 % des tunisiens, la corruption a augmenté depuis 2011 . Le ministère de l’Intérieur vient en tête des institutions suspectées de corruption puisque 69 % des sondés le ressentent. Un État est en faillite lorsque ses institutions sont considérées comme nuisibles à la société. Le fait de retrouver des personnalités symboliques de l’ancien régime tel que Hakim Karoui à la table des négociations de l’audit des banques publiques ne fait que renforcer le sentiment que l’impunité et le trafic d’influence ont encore un bel avenir…

L’UTAP annonce que la production de tomates va être abandonnée par les 20 000 agriculteurs qui en vivent puisque les industriels ne veulent pas appliquer l’augmentation prévue. Cette perte, estimée à 12 MDT pour les producteurs, a déjà affecté la production, qui a baissé de 50 % par rapport à 2011.

Le ministère des Transports dément la privatisation partielle du port de Radès , qui souffre financièrement à cause de mauvaise gestion et de prix qui n’ont pas changé depuis 18 ans. On se demande toujours quand est-ce que le bradage des sociétés publiques va commencer…

Mercredi 10

Les politiciens et les patrons vont être déçus : les grèves sont en baisse de 11 % par rapport au 1er semestre 2012. Rien ne peut désormais cacher leur incompétence…

L’affaire NEXT , une arnaque à la Yosr Développement, serait en voie de règlement puisque 65 % des clients ont été remboursés et qu’il reste assez de liquidités gelées sur les comptes en banque de la société pour dédommager le reste.

Par contre, les grands arnaqueurs se la coulent douce. Sakher el Matri séjournerait dans une résidence luxueuse estimée à plus de 13 MDT aux Seychelles et serait en voie d’obtenir l’asile politique.

Jeudi 11

Les exportations sont en hausse de 6,1% et les importations de 4,8% durant le 1er semestre 2013, ce qui améliore un peu la couverture des importations par les exportations mais creuse encore le déficit commercial de 84 MDT. Les exportations sont portées par le secteur agricole puisque les exportations d’huile d’olive ont quasiment doublé alors que les importations subissent l’augmentation des importations de céréales (+ 60 %).

L’Agence américaine pour le développement international (USAID) crée une fondation en Tunisie pour aider à financer le secteur privé tunisien. La fondation a été dotée de 30 MDT pour financer les petites et moyennes entreprises.

Vendredi 12

L’Union européenne nous offre l’équivalent de 66 MDT pour financer la rénovation et la réhabilitation de 119 quartiers répartis sur tout le territoire. Le projet, dont le coût total est de 435 MDT, sera clôturé en 2017.

Menzel Bourguiba s’enflamme de nouveau à cause de la fermeture des usines JAL, qui emploient plus de 4 000 citoyens de la région. La décision, qui intervient au début du mois de Ramadhan, a suscité la colère des employés, qui ont exprimé leur mécontentement jusque tard dans la nuit. Le gouverneur de la région a décidé d’octroyer 200 DT par employé.

Suite à la décision du PDG de la Société tunisienne d’acconage et de manutention (STAM) de démissionner, la situation est revenue à la normale au port de Radès après 5 jours de grève qui ont engendré des pertes élevées.

Et bonne semaine !

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.