leco-revue200

Chaque semaine, nous essayerons, dans cette chronique, de résumer l’actualité économique nationale, afin d’avoir une vue d’ensemble et ne pas se noyer dans la masse gigantesque d’informations disponibles et de pouvoir, assurer ainsi, le suivi des projets annoncés.

Lundi 25

L’association des Economistes Tunisiens (ASECTU) publie un communiqué pour « attirer l’attention sur la gravité de la situation économique et sociale et des finances publiques ».

La fiabilité des médias est toujours un problème majeur dans notre pays, ainsi le président de la Fédération Tunisienne des Agences de Voyages (FTAV) dément l’information du journal londonien « Asharq Al-Awsat » selon laquelle 60% des réservations hôtelières ont été annulés.

L’Usine de Mdhilla toujours à l’arrêt depuis décembre, ce qui coûte 220 000 DT quotidien au Groupe Chimique Tunisien.

Mardi 26

Le choc de la semaine, une excellente étude de notre analyste Mehdi Khodjet El Khil qui dresse un bilan noir de l’état d’endettement extérieur du pays, au menu : chiffres falsifiés, communication trompeuse, et un scénario effrayant quant au perspective des générations futures…

Le ministère de l’Equipement annonce qu’il vient de mettre sur les rails l’élaboration du livre du Règlement général de construction relatif aux «Dispositions générales de construction». Ce Livre aura pour tâcher d’unifier et de mettre à jour la réglementation du secteur de la construction qui souffre d’un vide juridique et de dispositions anachroniques qui date des années soixante…

Selon les dernières statistiques de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), les rentrées de touristes pour la période du 1er janvier au 20 février 2013 sont en baisse de 7,7% par rapport à 2011 et de 20,4% par rapport à 2010, l’année commence très bien !

Slim Riahi annonce que son usine de cosmétiques va créer plus de 1000 emplois dans le nord-ouest. Ce genre d’infos remet encore une fois sur la table la question de ces hommes d’affaires, politiciens et actifs dans le football, un peu à l’image de Silvio Berlusconi en Italie, pays en crise économique qui devient ingouvernable , en grande partie à cause du « cavaliere» qui était à la tête du pays pendant plus de 15 ans.

Mercredi 27

Mourad Hattab, expert en économie, annonce, en live , que le taux de pauvreté est supérieur à 24% en Tunisie et insiste sur le danger des réformes structurelles préconisés par le FMI qui détruiront la classe moyenne et pauvre tunisienne.

Le régime des retraites souffre d’un déficit devenu chronique dès l’an 2000 suite à la mutation rapide de la démographie tunisienne, mais surtout à cause de la mauvaise gestion et de graves dépassements au niveau des déclarations des salariés. Encore un chantier urgent, et chaque jour qui passe rend la situation encore plus critique. Les privés restent toujours les seuls à vouloir trouver des solutions, ce qui ne fera qu’augmenter les inégalités…

La banque centrale, qui maintient son taux directeur, prévient de la persistance de l’inflation et de la difficulté du secteur bancaire qui continue à vivre grâce aux interventions de la BCT. Elle rappelle aussi que la situation des réserves en devises a évolué négativement à cause d’un remboursement important (728 MD) en février.

Malgré la difficulté du secteur touristique, un accord a été trouvé concernant une augmentation salariale de 6% avec effet rétroactif jusqu’à mai 2012.

L’art du maquillage atteint son comble avec ce gouvernement, ainsi les investissements étrangers ont augmenté de 19,5% par rapport à janvier 2012, cette augmentation n’est due qu’à l’acquisition de 49% de la banque TQB (99,4 MD).

Le ministre du développement régional joue au même jeu avec les créations d’emplois , ces responsables ne sont pas conscients du risque qu’ils font porter au pays, cacher les réels problèmes ne fait qu’empirer les choses et transforme des enjeux qui peuvent être traités en drame social insolvable.

Jeudi 28

Vu notre situation, toute entrée d’argent est la bienvenue, comme ces misères (8,5 MD) sous forme de dons pour soutenir les Partenariats Publics Privés, un moyen controversé qui ressemble au « crédit-bail » en faveur de l’Etat et permettent encore une fois de maquiller les dettes. Ce sujet mériterait un vrai débat car ces techniques peuvent être dangereuses comme le souligne ce rapport , sur lequel nous reviendrons dans un billet plus détaillé.

L’Etat commence à assumer son incapacité financière, c’est dans ce sens qu’intervient cette nouvelle taxe de 1% sur les revenus nets de plus de 1700 DT.

Par contre il n’assume pas les autres chiffres qu’il déclare, ainsi le ministre chargé des dossiers économiques, Ridha Saïdi, parle de la création de 1000 entreprises turques à la zone industrielle d’Ennahli. Ils nous prennent réellement pour leurs têtes de turques…

La bonne nouvelle de la semaine est la fin de la pénurie du lait, suite à la fin de la période de basse lactation. Comme l’explique M. Kamel Rjaïbi, directeur des études et marketing au groupement interprofessionnel des viandes rouges et du lait, qui explique que le problème est dû à la saisonnalité de la production et à la contrebande avec la Lybie. Les solutions sont simples, il suffit de régulariser l’exportation et de stocker pendant le printemps.

Vendredi 1

Moody’s rejoint Standard & poors et Fitch en rabaissant la note souveraine de la Tunisie au niveau spéculatif Ba1. La banqueroute menace et les loups sont déjà dans la bergerie…

Même les investisseurs étrangers les plus optimistes, tel le groupe japonais Yazaki qui voudrait embaucher plus de 5000 employés dans le bassin minier n’arrive pas à boucler son plan d’affaires à cause de l’insécurité et des troubles sociaux dans la région.

Et bonne semaine…

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.