Suite à l’annonce du verdict dans le procès des assassins des martyrs du district du “grand Tunis” et des gouvernorats de Bizerte, Nabeul, Zaghouan, Sousse, et Mounastir par le tribunal militaire de Tunis le 19 juillet 2012, qui a été précédé par le verdict dans le procès des assassins des martyrs de Thala; Kasserine, Kairouan et Tajerouine le 13 juin 2012 par le tribunal militaire du Kef, l’association pour la défense des droits des martyrs et des blessés de la révolution “Nous ne vous oublierons pas” a publié un communiqué intitulé “Communiqué de la dignité”, l’association, qui compte parmi ses membres des familles de martyrs de plusieurs zones de la Tunisie, a appelé à une collecte de dons sous le slogan “Paye la cartouche” qui aura comme objectif la collecte du prix des cartouches utilisées pour tuer les martyrs, et offrir la somme d’argent collectée au président du gouvernement Hamadi Jebali, au président de la république Moncef Marzouki et au président de l’assemblée nationale constituante Mostafa Ben Jaafar, voici le texte du communiqué :

Communiqué de la dignité
Suite aux verdicts annoncés par le tribunal militaire de première instance du Kef le 13 juin 2012, et le tribunal militaire de première instance de Tunis le 19 juillet 2012 concernant les procès des martyrs et des blessés de la révolution, le moins qu’on puisse dire c’est que ces verdicts ne nous ont pas dévoilé qui a tué nos proches.
“Qui les a tués ?”
A la lumière de ces faits l’association pour la défense des martyrs et des blessés de la révolution “Nous ne vous oublierons pas” avec la participation des familles des martyrs et des blessés compte organiser une collecte de dons sous le titre “Paye la balle”
pour rembourser les balles qui ont tués nos proches.
Notons que les donations seront consignées aux trois présidents au sein de l’état.
Gloire et immortalité aux martyrs, vive la Tunisie libre et indépendante.

Cette compagne incarne donc les souffrances des familles des martyrs et des blessés dans une initiative sarcastique vis à vis du gouvernement actuel enfonçant le dernier clou dans le cercueil du processus boiteux de la justice transitionnelle en Tunisie.

Durant les mobilisations précédentes on pouvait entrevoir un espoir infime dans l’assemblée nationale constituante et dans l’éventualité qu’elle concrétise le retrait des procès des martyrs et des blessés de la révolution de la justice militaire anomalique structurellement et effectivement et la mise en place d’une structure judiciaire spécialisée quise chargerait de dévoiler les vérités à propos des massacres qui ont eu lieu en Tunisie à partir du 17 décembre 2010. mais devant les déceptions répétitives accumulées les familles des martyrs et blessés ont eu la certitude que le réel obstacle empêchant la révélation de l’identité des meurtriers de leurs enfants est l’absence de volonté politique de redevabilité et la priorité de la réconciliation à leurs yeux.

Il est à noter que l’une des plus anciennes dictatures au monde est Le gouvernement chinois qui dans une procédure sadique et humiliante envoyait aux familles des opposants politiques exécutés les factures des balles.

A la lumière de cette initiative, avec ses dimensions symboliques, s’ancre de jour en jour la conviction des analystes que l’éventualité du recours à la justice pénale internationale pour ces procès devient la solution sérieuse ultime pour accéder à la vérité. Ainsi Me Abdelmajid Abdelli spécialisé en loi internationale a évoqué la possibilité de recourir à la cour pénale internationale avec tous ses mécanismes avancés légalement qui pourront empiéter toute sorte d’immunité et a aussi rappelé que La Tunisie est un pays signataire de la convention sur la cour pénale internationale du 1 septembre 2011.

D’autre part, les familles des martyrs de la région du kram ouest en banlieue nord de tunis ont décidé d’entamer une greve de la faim ouverte à partir du lundi 23 juillet 2012 en signe de protestation contre ce qu’ils concidèrent comme un manque de sérieux de la justice militaire dans les investigations sur les meurtres de leurs enfants pendant la révolution et exactement le 13 janvier 2012. Les familles des martyrs ont aussi déclaré qu’elles organisent une conference de presse au kram samedi prochain durant laquelle seront présentés des documents exclusifs et enregistrements vidéos non publiés auparavant montrant clairement des épisodes omis de l’épopée du kram ouest. Ces documents ont été remis précédemment au tribunal militaire comme preuves et seront présentés samedi 28 juillet 2012 au public comme dernier recours des familles des martyrs ayant perdu toute confiance en la justice militaire.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.