Le premier ministre du gouvernement Hamas, Ismail Haniya (à gauche) avec Hamadi Jebali, premier ministre provisoire du gouvernement tunisien.

Après le printemps arabe et les premières élections démocratiques dans le monde arabe ayant eu lieu en Tunisie et suite à la demande de la Palestine pour son adhésion au sein de l’Unesco qui a été acceptée le 31 Octobre 2011; et dans l’attente de l’aval de la communauté internationale pour son adhésion à l’ONU, les responsables palestiniens sollicitent le soutien de la communauté internationale.

Ismail Haniya, le secrétaire général du mouvement Hamas et premier ministre de l’autorité palestinienne limogé par le président Mahmoud Abbas depuis le 14 Juin 2007, a effectué une visite de quatre jours en Tunisie ou il a été accueilli par Hamadi Jebali, premier ministre provisoire, le leader du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi et les sympathisants d’Ennahdha à l’aéroport de Tunis Carthage scandant frénétiquement mort aux juifs.

Ces images des plus choquantes ne sont pas passées inaperçues, la société civile s’en est insurgée et les réseaux sociaux ont connu un ras de marée de condamnations offusquées. Le parti Ennahdha, amorphe un premier temps, a fini par publier un communiqué pour préciser qu’il ne s’agissait que de quelques personnes isolées.

Haniya s’est entretenu avec le président intérimaire Moncef Marzouki et Mustapha Ben Jaafar président de l’assemblée constituante.

Cette visite a coïncidé avec d’autres visites notamment celle d’Alain Juppé Ministre des Affaires Etrangères français. Certains sites comme Dreuz.info et arabstoday.net évoquent une rencontre secrète entre les deux hommes. Au cours de cette même période, la Tunisie a reçu également la visite du Ministre italien des affaires étrangères Mr Guilio Terzi di Santa’Agata.

Ismail Haniya a effectué une tournée en Tunisie : visite du gouvernorat de sidibouzid; organisation d’un meeting à Sfax dans une salle de sport de la ville pendant lequel certaines personnes de l’assistance ont scandé mort a Israël; prêche a la mosquée Okba Ben Nafaa a Kairouan au cours duquel il a incité les gens à ne pas craindre les Etats Unis ainsi qu’à combattre Israël ! Il a soldé son séjour en Tunisie par un grand meeting à la coupole en présence de milliers de personnes.

Au delà de l’aspect populaire des meetings effectues lors de cette visite certains médias se sont intéressés aux aspects politiques et diplomatiques liés à ce passage en Tunisie .Le site tunisienumerique.com rapporte qu’Ismaïl haniya s’est rendu en Tunisie à la recherche d’un appui financier et pour l’ouverture d’un bureau du mouvement Hamas à Tunis ce qui a été démenti par la suite.

En effet, selon le site The Guardian, il existe des divergences entre les dirigeants du mouvement Hamas, une partie cherche à mener le combat de façon pacifique par contre Ismail Haniya voulait continuer le combat avec les armes et il est venu en Tunisie pour chercher le soutien du gouvernement tunisien pour continuer le combat pour la libération de la Palestine de façon armée.

On s’interroge s’il s’agit d’un début de revirement de la diplomatie tunisienne. Cette diplomatie qui a su à l’époque de Bourguiba montrer son soutien à la cause palestienne lors de son discours en 1965 a Jéricho tout en œuvrant pour une solution pacifique et en accueillant l’OLP en Tunisie en 1982 apres les bombardements survenus au Liban.

Cette visite a fait grincer les dents de ses rivaux palestiniens, et peut provoquer l’affaiblissement du gouvernement du Fatah qui est en train de chercher la reconnaissance de l’Etat palestinien auprès de la communauté internationale.

En effet selon journal shainguy daily le président Abbas a décliné une invitation officielle de la part de la tunisie pour les célébrations du 14 janvier. On s’interroge sur les partis qui mène la politique étrangère tunisienne notamment du fait que abbas a reçu une invitation officielle du président tunisien ( qui a parmi ses prérogatives la politique étrangère ) alors qu’on ne sait toujours pas si Haniya a été invité par le gouvernement tunisien et son président ou par Ennahdha.

Rappelons que l’arrivée de Monsieur Haniya a mobilisé nombre d’élus d’Ennahdha à la constituante et de nombreux ministres, tous ces gens là ont délaissé leurs tâches pour faire le guide touristique et s’afficher avec le secrétaire général du mouvement Hamas.

D’autre part le site direct info (masdar) a rapporté que la ville de Sfax a refusé la mise à disposition à titre gracieux la salle “Ex 7 novembre” pour le meeting d’ennahdha avec le chef du hamas.

On ne dispose pas d’information sur le coût de la mise à disposition et la prise en charge des autres salles qui ont accueilli les meetings populaires.

De plus, beaucoup de tunisiens s’interrogent : la Tunisie panse à ce jour ses plaies, les immolations y sont de plus en plus fréquentes, les revendications viennent de chaque village tunisien, les blessés de la « révolution » sont en train de mourir sans le sou et délaissés de tous, des hommes de caverne sortis de nulle part font la loi à Sejnane terrorisant toute une ville et aucun signe fort d’apaisement du gouvernement actuel n’a été transmis au peuple tunisien. Se rendent-ils compte de l’image désastreuse qu’ils renvoient au monde entier ? Que signifie donc la venue du dirigeant de ce mouvement extrêmiste sur le territoire tunisien ?

Ces gouvernants provisoire sont-ils en mesure de hierarchiser les priorités ? Comptent-ils s’atteler sérieusement au travail et proposer ENFIN des mesures pour résorber le chômage galopant ? Comment comptent-ils faire revenir les touristes et les devises qui les accompagnent ? En Invitant des leaders notoires de poseurs de bombes ?

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.