Par Fairouz Boudali,

Lorsqu’il donna sa première conférence de presse au début de son arrivée au pouvoir, un journaliste français posa une question à Mr Béji Kaid Essebs. Il lui demanda ‹‹ Qu’est-ce qui vous fait croire qu’ils vont vous suivre ? ›› A ce moment-là, les spectateurs tunisiens n’ont pas compris cette question, puisque le sit-in de la Kasba venait juste de lever le camp en fête, suite à la satisfaction de toutes leurs demandes.

Or, même lorsque Mr Essebsi lui répondit, le journaliste n’était pas satisfait et restait debout, les yeux pleins d’interrogations. Je réalise maintenant qu’il était au courant des intentions réelles de Mr Essebsi. Je ne sais pas comment, mais il était probablement, déjà à ce moment-là, au courant d’un complot entre notre premier ministre et certains (RCDistes ?) pour détourner la révolution de son cour légitime.

Sinon comment expliquer la nomination de Mr Essid au ministère de l’intérieur d’abord, sous de prétendues excuses sécuritaires, et ensuite l’annulation de la parole des membres de la haute institution démocratique en modifiant leur décision ? Plus grave encore, comment se fait-il que le journal de la TV nationale a dit que les juges ont accusé cette haute institution, dans un but évident de ternir sa réputation, alors que c’est lui que les juges ont accusé ? D’ailleurs, qui est derrière cette campagne qui cherche à discréditer cette haute institution en disant que ses membres ne sont pas élus, alors que le fait de faire tout ce que les Tunisiens demandent, est un signe bien plus fort qu’une élection ?

Pire encore, à sa dernière conférence de presse, lorsqu’une journaliste de cette TV nationale l’interroge, Mr Essebsi tente de faire passer cette TV pour son antagoniste et critique, alors qu’il sait pertinemment que cette chaine et son journal sont son allié le plus fidèle et son porte parole.

Les Tunisiens ne sont pas dupes. Il peut inviter tous les journalistes qu’il veut à déjeuner et leur taper sur les épaules tant qu’il veut, la seule façon de gagner l’estime du peuple est d’être honnête avec lui. Pense-t-il réellement que les Tunisiens vont laisser passer ça ? Comment peut-il croire qu’on peut trahir nos martyres aussi aisément et obliger un peuple qui vient de se réveiller à se rendormir ? Il faut être drôlement sénile pour croire ça.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.