Le gouvernement de transition forme par Mohammed Ghannouchi est une grosse farce. Que le RCD cherche a conserver la main haute sur le pays afin de mieux protéger ses privilèges en s’adjugeant les postes clé, quoi de plus normal de leur part. Cependant, que l’opposition ait cautionne la manœuvre en acceptant de jouer un rôle mineur, de se contenter des miettes que le RCD veut bien lui laisser afin de calmer la rue, c’est autant dire vouloir jeter le bébé avec l’eau du bain.

Pour nous, cela est difficile a avaler, et même on ne va pas l’avaler du tout! Il faut que les deux ministeres de l’Interieur et des Finances changent de main et aillent a l’opposition. Ces deux postes sont déterminants pour l’intégrité du processus électoral qui doit avoir lieu dans moins de deux mois. Laisser au RCD les moyens d’intimider le peuple et d’utiliser les deniers publics pour sa propre campagne est tout simplement hors de question.

D’autre part, le discours du nouveau ministre de l’intérieur Ahmed Friaa a été d’une arrogance telle qu’on ne peut tirer qu’une conclusion: le RCD n’a rien compris encore. Ce qu’il doit comprendre, et cela vaut aussi pour l’opposition, c’est que les rapports de force ont change définitivement.

C’est le peuple et la rue qui sont forts. C’est eux l’arbitre du jeu. La jeunesse tunisienne veut être entendue, comprise et représentée. Le peuple veut une transition pacifique, authentique, et en toute transparence. Ceux qui voudraient lui faire prendre les vessies pour des lanternes se fourvoient et feraient mieux de réfléchir a deux fois. On n’a rien a perdre et tout a gagner. C’est a eux de prouver qu’ils peuvent jouer le jeu de la vraie démocratie. La démonstration est maintenant faite qu’ils en sont incapables, aussi, je demande avec toutes les voix du peuple que le RCD soit immédiatement dissout!

Si la constitution, telle qu’elle a été dénaturée par le RCD, fait obstacle a une vraie démocratie, nous la considérons morte! Elle est déjà de toute façon en sursis. Il y aura une nouvelle constitution après les élections et une 2me république.

Que ceux qui ont cru qu’on allait battre les mêmes cartes et procéder a une redistribution regardent par la fenêtre!

Que les vieux séniles qui croient faire une partie de bridge entre copains ouvrent les yeux: ils sont a la place du mort!

Que les petits margoulins qui croient pouvoir jouer a poker menteur vident leurs manches!

C’est le peuple qui tient les cartes, des nouvelles cartes, et il demande qu’on joue a la Chkobba!

Nous occuperons la rue pacifiquement jusqu’à ce que notre message soit bien compris et traduit par des actes concrets et forts. Finie la langue de bois, finies l’arrogance et les menaces! La démocratie pour laquelle nous  continuons de nous battre, nous lui sacrifierons tout nos moyens pacifiques et jusque nos vies. Nous savons que vous ne reculez pas devant l’assassinat, et nous ne nous laisserons pas impressionner.

Monsieur Ahmed Nejib Chebbi, croyez-vous pouvoir devenir un grand homme? Croyez-vous pouvoir, pas seulement vouloir, être un guide pour notre jeunesse et lui faire une place au soleil qu’elle mérite?

Voulez-vous entrer dans l’Histoire de la Tunisie par la grande porte ou par la porte de service?

Si Shakespeare ne fait pas partie de votre culture, je vous invite a lire sans delai “Hamlet” et mediter cette phrase: “There is a tide in the affairs of men, which, taken at the flood, leads on to fortune, omitted, all the voyage of your life is bound in shallows and in miseries”.

Maintenant plus que jamais, pour vous c’est “to be or not to be”. Vous poserez vous cette question?

Alyssa

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.