Après la propagande dégoulinante et les interviews bidons, la maison Essabah sombre encore plus bas dans les marécages du journalisme à deux balles et fait dans le bidouillage de photos.

Impression d'écran des sites internet des quotidiens Assabah et Le Temps.

Pour illustrer un article sur les activités caritatives de la fondation “Al Zeitouna” paru dans l’édition du 20 aout 2010, la rédaction du quotidien Le Temps, a recouru à un bidouillage grossier d’une photo montrant Sakhr El Matri inspectant le chargement d’un gros porteur affrété par sa fondation pour acheminer de l’aide au Pakistan.

Il ne faut pas être un expert pour déceler au premier coup d’œil que la photo a été “retouchée” et que le gendre du président a “atterri” dans cette image par le biais d’un grossier copier-coller. En plus de l’exposition et du sens des ombres qui ne sont pas raccord avec l’exposition générale de la photo, on peut parfaitement déceler la manche de Sakhr El Matri qui cache une partie du coude de l’homme avec la chemise bleue alors que ce dernier est au premier plan !

On peut parfaitement déceler la manche de Sakhr El Matri qui cache une partie du coude de l’homme avec la chemise bleue alors que ce dernier est au premier plan !

Le comble du ridicule, c’est que, Assabah, la version arabe du quotidien, a publié la même photo mais avec un bidouillage légèrement amélioré mais qui reste tout de même parfaitement visible. Quand on agrandi à l’endroit de l’anomalie de la première photo on voit que le bras du mécène passe derrière le coude de l’homme en chemise bleue, comme le voudraient les lois de l’optique!

A l’endroit de l’anomalie de la première photo on voit que le bras de Sakhr El Matri passe derrière le coude de l’homme en chemise bleue.

Deux essais de “maquillage” d’une même image, publiées le même jour, à la une de deux “grands” quotidiens nationaux, constituerait à mon avis une première mondiale et une insulte supplémentaire à l’éthique journalistique en Tunisie.

Le rassurant dans cette affaire, c’est la vigilance des internautes tunisiens face aux gros sabots de la propagande. Dès la publication des deux articles, les photos ont fait le tour du net et des dizaines de personnes se sont déjà indignées ou moquées de cette supercherie.

Enfin, à se focaliser sur cette falsification on en oublierait presque de s’indigner qu’une information d’une telle banalité puisse paraitre en première page d’un quotidien national ! Mais ça, c’est déjà une autre question….

Mise à jour : Tunisie: Dar Assabah répare le truquage par la falsification !

Malek
http://stranger-blogspot.com
www.nawaat.org
@malekk

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.