Un ami à moi qui a de l’expérience en matière de journalisme m’a donné un jour un judicieux  conseil : « Quand tu n’as rien à dire ou que ton cerveau se refuse à éjecter la moindre petite idée, ne panique surtout pas. La solution est on ne peut plus simple. Tu prends un quelconque fait divers dont on parle dans les journaux – tu n’auras guère l’embarras du choix -, tu le résumes, tu brodes, tu ajoutes de la dentelle, puis tu montes en généralité et, à partir de là,  puisque nous sommes dans le domaine des abstractions, il te sera facile de faire le lien avec une question politique et de conclure sur un commentaire suffisamment sibyllin pour qu’il ait l’air d’une grande profondeur. » Et cet ami d’ajouter devant mon regard perplexe : « Tu verras, si tu t’y prends bien, ton article sera partagé sur Facebook avec la mention ‘à méditer…’. C’est imparable ! »

Je suis rentré chez moi, l’esprit léger et le corps alerte, bien décidé à suivre ses recommandations. J’ai feuilleté vingt-sept titres de presse, consulté dix-huit médias électroniques, écouté deux douzaines d’émissions de radio et, finalement, j’ai sélectionné à peu près une douzaine de faits divers parmi lesquels je dois encore choisir celui qui se prête le mieux à commentaires :

– « Les journées parlementaires de Nidaa Tounès démarrent malgré la demande de report. »
– «Le président de la République, Béji Caïd Essebsi, a reçu le chef du gouvernement, Youssef Chahed, dans le cadre de leur réunion hebdomadaire, chaque vendredi. »

– « Le président de l’Union patriotique libre, Slim Riahi, n’a présenté aucune lettre de démission au bureau politique du parti. » Une information très intéressante, soit dit en passant, puisqu’elle nous renseigne sur ce … qui n’a pas eu lieu !

– « Mohsen Marzouk : Ma relation avec le président est au beau fixe. »

– « Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre : Notre parti sera le parti des programmes et des propositions. »

– « Les tensions entre Béji Caïd Essebsi et Rached Ghannouchi, une intox. »

– « Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, devrait accepter l’offre de devenir président de l’Instance politique de Nidaa Tounès. »

-« Slaheddine Maaoui rejoint Machrou Tounès. »

– « Abdelatif Mekki épingle Rached Ghannouchi. »

– « Khemaïs Ksila tire à boulet rouge sur Hafedh Caïd Essebsi. »

– « Boujemaa Remili appelle Hafedh caïed Essebsi à démissionner de son poste. »

voyante-sadri-khiari

Amis lecteurs, aidez-moi, qu’est-ce qu’il y a à tirer de toute cette m… ? Le seul moyen de m’en sortir serait de vous citer un auteur français que ma pudeur m’incite à ne pas citer. Mais, bon, si vous n’êtes pas trop puritains et que vous avez atteint l’âge de raison, allez jeter un coup d’œil sur certaines proses du Marquis de Sade, par exemple les dernières pages de « La philosophie dans le boudoir ». Vous y trouverez, sous une forme métaphorique qui donne des haut-le-cœur, un tableau assez fidèle des rapports – politiques…. – qui unissent et désunissent les responsables des états-majors qui président hélas à nos destinées.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.