huile-olive-tunisie

…L’armée arabe ayant battu le Patrice Grégoire à Sufetula (Sbeitla), les habitants de la ville apportèrent des morceaux d’or aux pieds du général vainqueur. Celui-ci eut la curiosité de s’enquérir d’où provenait tant de richesse et l’un d’eux se mit à aller d’un côté à l’autre comme s’il cherchait quelque chose. Ayant trouvé une olive, il l’apporta à Abdallah et lui dit « C’est avec cela que nous nous procurons de l’argent ».
Anecdote tirée du site de l’Office Nationale de l’Huile.

Les articles et reportages de médias étrangers sur l’huile d’olive tunisienne n’ont cessé de fleurir en ce début d’année 2015, s’appuyant sur la facilitation accordée par l’Union Européenne à l’exportation de l’huile d’olive tunisienne mais aussi à travers l’intérêt américain dans la promotion et la facilitation à l’export de celle-ci.

Ce qui suit est un panorama de l’industrie de l’huile d’olive tunisienne, des ministères et des institutions affiliés ainsi que les marchés étrangers qui influencent la production et l’exportation de cette source de richesse historique tunisienne.

La Tunisie est le premier producteur et exportateur d’huile d’olive dans le sud de la Méditerranée, après l’Union Européenne. Rapport du Conseil Oléicole International.

A la suite de la Convention internationale des Nations-Unies sur l’huile d’olive de 1956, le Conseil Oléicole International (COI) a été crée à Madrid, en 1959. Parmi ses membres actuels se trouvent les principaux pays producteurs et exportateurs mondiaux d’huile d’olive et d’olives de table. Les pays producteurs membres du Conseil Oléicole International contribuent en effet à 98 % de la production mondiale d’olives. Ils sont concentrés principalement dans la région méditerranéenne, fief d’origine du COI puisque la Tunisie, la Libye, l’Espagne, le Portugal, l’Italie et la France sont autant de membres originaires de celui-ci et ce depuis 1959.

Sur la page de la COI relative à la Tunisie, l’on trouve « une évaluation du secteur de l’huile d’olive en Tunisie » préparée par le Ministère de l’Agriculture. Selon ce rapport présenté à la CIO en novembre 2014, le secteur oléicole en Tunisie se répartit comme suit :

● 80 millions d’oliviers couvrant 1,8 millions d’hectares, soit un tiers des terres labourables.

● Plus de 309 000 producteurs, soit 65% de l’ensemble des exploitants agricoles tirent tout ou une partie de leurs revenus de la culture de l’olivier.

● Plus de 1 700 huileries, 15 unités de raffinage, 10 unités d’extraction d’huile de grignons, et une quarantaine d’unités de mise en bouteille.

● Plus de 200 négociants privés à coté de l’Office Nationale de l’Huile assurent l’exportation de 140 000 tonnes en moyenne, sur une production de 185 000, soit 70%.

⬇︎ PDF

Les divers systèmes de cultures et de variétés d’olives sont classés par région en Tunisie : Dans le Nord, 100 pieds par hectares sont composés d’oliviers dits Chetoui, Sayali ou Jerboui. Dans le Centre, 50 à 60 pieds par hectares sont composés d’oliviers Chemlali et Oueslati. Au Sud, 17 pieds par hectares sont composés d’oliviers Zalmati, Zarrazi et Chemlali.

Suite à une grande sécheresse, une diminution significative de la production a eu lieu entre les saisons 2012/2013 et 2013/2014. Les chiffres sont éloquents : La production est passée de 220 000 à 70 000 tonnes, la consommation en Tunisie est passée de 40 000 à 35 000 tonnes, et enfin, les exportations sont passées de 170 000 à 58 000 tonnes.

Par ailleurs, entre ces deux saisons, les pays et les proportions auxquels la Tunisie exportait son huile d’olive ont changé : Pour la saison 2012/ 2013, la Tunisie exportait vers l’Italie (41%), l’Espagne (35%), les Etats-Unis (13%), et la France (6%). Pour la saison 2013/2014, la Tunisie exportait vers le Canada (27%), l’Italie (20%), l’Espagne (15%), la France (11%) et enfin les Etats-Unis (11%).

Une estimation des chiffres pour l’année 2014/2015 prévoit une augmentation de la production d’huile d’olive à 260 000 tonnes, une consommation intérieure de 40 000 tonnes, et enfin, une exportation de 170 000 tonnes.

L’Union Européenne à l’affût de cette « excellente saison »

L’Europe, destination privilégiée des exportations tunisiennes et principalement de l’huile d’olive, a été naturellement la première à réagir à ses prévisions d’ « une excellente saison » en adoptant un règlement d’exécution n°2015/153 de la commission, et ce en date du 30 janvier 2015 portant dérogation au règlement (CE) n°1918/2006 en ce qui concerne les plafonds mensuels pour la délivrance des certificats d’importation dans le cadre du contingent tarifaire applicable en 2015 à l’huile d’olive originaire de Tunisie.

Afin de faciliter le commerce de l’huile d’olive entre l’Union Européenne et la Tunisie pour la campagne en cours, il est nécessaire de déroger au règlement (CE) n° 1918/2006 et d’autoriser des plafonds mensuels différents pour la période allant du 1er février 2015 au 31 octobre 2015, sans préjudice du volume global du contingent tarifaire fixé à l’article 2, paragraphe 1, de ce règlement.

⬇︎ PDF

Selon un article sur la page « agriculture et développement rural » de la Commission Européenne, l’on apprend que les exportations tunisiennes d’huile d’olive vers l’UE font l’objet d’un quota annuel de 56 700 tonnes. Le nouveau règlement du 1er février 2015, ne change pas ce quota annuel ; Il donne seulement plus de flexibilité pour les mois à forte production.

La flexibilité introduite permettra aux opérateurs tunisiens de maximiser leurs exportations d’huile d’olive exemptées de droits de douane vers l’UE, et de profiter, ainsi, d’une excellente saison…. A la demande de la Tunisie, la Commission a décidé d’augmenter ces quotas mensuels pour permettre aux opérateurs tunisiens de tirer profit au maximum de leur potentiel d’exportation.
L’UE facilite les exportations tunisiennes d’huile d’olive après une saison exceptionnelle.

L’huile d’olive tunisienne et le marché américain

Voici quelques idées pour vous aider à parcourir la crise de l’huile d’olive en 2015 :

Bien que la Tunisie ait toujours été classée derrière la Grèce, l’Espagne et l’Italie dans la production mondiale d’huile d’olive, elle a connu une récolte record en 2014…. Elle est aujourd’hui la deuxième plus grande productrice selon the Olive Oil Times (oui, il s’agit d’une vraie publication). Alors que la Tunisie répond à une demande accrue de l’Europe et des USA (Trader Joe’s en distribue depuis 2013), ses exportations peuvent aider une économie en difficulté au sein de laquelle l’huile d’olive fournit de l’emploi à plus d’un million de personnes selon l’US Department of Agriculture.
« Crise de l’huile d’olive : comment survivre à la flambée des prix » – The Seattle Globalist.

Tandis que la Méditerranée reste le cœur incontesté de la production et de la consommation d’huile d’olive (respectivement 73% de la production mondiale et 66% de la consommation mondiale), les Etats-Unis deviennent de plus en plus d’importants producteurs et consommateurs. Mieux encore, ils investissent de plus en plus dans l’huile d’olive tunisienne. Pour la saison 2012/2013, le service chargé des agricultures étrangères du département de l’agriculture des Etats-Unis a noté que « Les Etats-Unis sont classés deuxième (après l’Union Européenne) dans la destination des exportations d’huile d’olive tunisienne, absorbant environ 16% du total des exportations pour une valeur de 90 millions de dollars ».

Un rapport détaillé sur les conditions de la concurrence entre les Etats-Unis et les fournisseurs d’huile d’olive étrangers, publié en août 2013 par l’US International Trade Commission évalue la Tunisie comme un « petit producteur » sur le marché international de l’huile d’olive. Selon les auteurs du rapport, parmi les principaux facteurs qui contribuent à la compétitivité de la Tunisie, se trouvent sa proximité géographique avec l’Europe ainsi que les nombreux accords stratégiques, mais aussi l’accès limité aux crédits des producteurs, le faible coût de production et enfin, le soutien de la politique gouvernementale à travers l’Office National de l’Huile. Parmi les facteurs allant à l’encontre de la compétitivité du marché tunisien de l’huile d’olive se trouvent la qualité inférieure de celle-ci (due à une irrigation insuffisante et aux techniques de récoltes), une chaine de récolte fragmentée et enfin un manque de différenciation des produits.

tunisia-Olive-oil-Share-global-production-exports-2008-2012-average

tunisia-Olive-Oil-production-characteristics-selected-countries

Les Etats-Unis, nouveau marché pour l’huile d’olive tunisienne ?

Après deux journées d’informations sur le marché de l’huile d’olive aux Etats-Unis en février dernier, plusieurs sites d’information ont rapporté une nouvelle initiative sur le marché américain de l’huile d’olive à travers la promotion de l’huile d’olive tunisienne. Ce programme – ou initiative – est le fruit de la collaboration entre plusieurs institutions tunisiennes telles que le Ministère du Commerce, le Centre de Promotion des Exportations (CEPEX), le Centre Technique de l’Emballage et du Conditionnement (Packtec), le Centre Technique de l’Agriculture Biologique (CTAB), et le Centre Technique de l’Agro Alimentaire (CTAA).

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la « Business Reform & Competitiveness Project » financée par l’USAID et mise en œuvre par la Pragma Corporation.

Selon l’article de l’USAID « L’huile d’olive tunisienne trouve un nouveau marché de gourmets » celle-ci a commencé à fournir une assistance technique aux producteurs et aux entrepreneurs d’huile d’olive tunisienne après 2011 dans le cadre de programmes de développement économique.

L’USAID aide les sociétés tunisiennes à réinventer leur business passant d’une production de masse à une production raffinée et les aide à booster la production naissante de leurs marchandises.
Parce que ces lignes de produits sont nouvelles pour nombre de producteurs, l’assistance de l’USAID est particulièrement bénéfique dans le développement des bases et techniques de vente et de marketing, nécessaires et essentielles pour augmenter ses bénéfices.

Occupés par la conférence sur l’investissement et l’entreprenariat, l’USAID et la Pragma Corporation en Tunisie n’ont pas dénié accorder un peu de leur précieux temps à Nawaat afin d’apprendre d’avantage sur leurs activités et en particulier sur leur soutien financier et leur effort de collaboration avec les institutions tunisiennes sur la question de l’exportation sur le marché américain de l’huile d’olive tunisienne.

Avec une saison oléicole abondante en cours, un règlement européen en vigueur pour accueillir le volume élevé d’huile d’olive et une initiative américaine sur la table pour promouvoir l’exportation, cette année semble être sous les meilleurs auspices pour l’industrie oléicole tunisienne.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.