Patrick Thonneau, Secrétaire de la Section du PS en Tunisie, Pouria Amirshahi, candidat aux législatives, Jean-Louis Bianco, Député et Président du Conseil Général des Alpes de Haute-Provence et Martine Vautrin- Djédidi, suppléante de P.Amirshahi

Le candidat du Parti socialiste français Pouria Amirshahi, aux côtés de sa suppléante Martine Vautrin-Djedidi, a entamé sa campagne auprès de la communauté française en Tunisie dans le cadre des législatives des Français hors de France qui seraient au nombre de trois millions et demi d’électeurs.

Le lundi 21 mai, Pouria Amirshahi, Martine Vautrin et Jean-Louis Bianco, Député et Président du Conseil Général des Alpes de Haute-Provence, étaient présents à Tunis pour répondre aux questions des Français venus rencontrer le candidat et parler de leurs préoccupations.

D’emblée, le candidat du PS présente les grandes lignes de son programme où il appelle à une grande mobilisation pour gagner les législatives qui auront lieu le 3 et 17 juin 2012.

J’aurai à cœur de vous représenter à l’Assemblée nationale, pour que notre voix y soit écoutée, pour que nous soyons enfin reconnus comme des citoyens à part entière et non comme des citoyens à part.

Après l’éviction de Nicolas Sarkozy, la France a pour la deuxième fois de son histoire, depuis François Mitterrand, un Président socialiste. En plus, pour la première fois également, les Français hors de France auront la possibilité d’élire l’un des 11 députés en course pour les législatives pour les représenter à l’Assemblé Nationale.

Les français de Tunisie venus assister au meeting lundi soir se sont, entre autres, concentrés sur la question de l’éducation de leurs enfants. Ne voulant pas les inscrire dans des écoles publiques tunisiennes à cause de la barrière de la langue, ils se retrouvent obligés de payer des frais de scolarités de 12000 dt (6000€/an) à la « Mission » pour certains.

Une autre française a fait remarquer au candidat le fait qu’en Tunisie, le consulat français les traiterait comme des « citoyens de second degré ». Un franco-algérien, vivant à Tunis depuis 5 ans, a exposé également le problème des tracasseries administratives auxquelles les expatriés sont confrontés à chaque fois pour enregistrer les nouveaux nés. A ce sujet, Mme Vautrin, bien au courant de ces problématiques, a affirmé son engagement total pour changer ces procédures désuètes et contraignantes.

Point de Presse avec les journalistes tunisiens

Le lendemain, mardi 22 mai, un point de presse a été organisé pour rencontrer les journalistes tunisiens. Après une entrevue avec le Président de la République Moncef Marzouki, les représentants du PS ont parlé des grandes lignes du programme leur parti (voir au-dessous). Pouria Amirshahi a présenté, entre autres, trois points essentiels visant à promouvoir les relations Nord-Sud.

1- Suppression de la circulaire Guéant, comme s’y était engagé François Hollande, chose qui sera faite dans les prochains jours.
2- Création d’un Passeport économique et culturel pour les chercheurs, les chefs d’entreprises et les créateurs (artistes).
3- Création d’un Erasmus francophone en vu de défendre et développer un réseau culturel dans tous les pays.

Le 3 et 17 juin 2012, les Français hors de France qui se sont enregistrés avant la fin de l’année 2011, pourront se rendre aux urnes au Consulat ou -chose inédite- voter via internet. « Je serai le porte-parole d’une politique de coopération renouvelée avec nos amis d’Afrique, s’appuyant sur nos compatriotes,résidents ou expatriés, qui vivent ici de leurs talents et sont les premiers ambassadeurs de notre pays. Il est aussi temps de redonner de la clarté à une politique internationale de la France, optimiste, volontaire, solidaire, porteuse d’engagements pour les générations futures.» promet le candidat Pouria Amirshahi ; encore faut-il qu’il convainque les électeurs de voter pour lui et gagner ces élections.

Programme de Pouria Amirshahi

⬇︎ PDF

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.