Par Mohamed Krit,

Attentions et regards

Belle politique en Turquie.
Tremblement de terre et triste résultat.
Victoire électorale en Tunisie.
Inondation géante et eau jusqu’aux matelas.

La Nahda n’est pour rien.
C’est le hasard et le destin.
Le ciel n’a pas de gouvernail.
Rchouda rappelle qu’il n’aime pas les détails.

Sous son règne tout pousse, même le couscous.
La croissance est nulle, la Tunisie suce son pouce.
Au secours Obama et Sarkozy.
Chez nous, ni pétrole ni riz.

Géostratégie, bravo et merci au FMI.
Grace à Dieu, la bienfaisance est infinie.
Dures la situation et la conjoncture.
La constituante ne répare pas la blessure.

Washington et Paris observent à la loupe.
La cuisson et les ingrédients de la soupe.
Ils font tout pour que tous restent intègres.
Ni trop gros, ni trop maigres.

Gouvernance mondiale oblige.
Stabilité de la région, c’est tonton qui dirige.
Attention aux blablablas.
Pour nos affaire, pas d’inchallah.

Feuille de route et instructions,
Noir sur blanc, elle est claire la leçon
Arabité, polygamie et charia, c’est à vous de faire le choix.
Islam ou laïcité, Il vous appartient d’écrire la loi.

Chez nous pas de politique.
Ce sont des simples notes de musique.
A vous de suivre la rythmique.
Sans cacophonie et sans panique.

Stg le 31-10-2011

Eclairage public/strong>

Media de masses, media de classe
Media de boutiques, manque de tactique.
Media sociaux, bonjour les journaux.
Media islamiques bonjour la polémique.

Qui dit faux, qui dit vrai ?
Le doute s’installe, tout est mauvais.
Le religieux, l’identité, l’histoire et la vérité.
17 Décembre, 14 janvier et pagaille en plein été.

Rumeurs et nouvelles font effet.
L’occident est hors sujet.
Les tunisiens déboussolés.
La peur atteint même les mausolées.

Les discours, les propagandes, le vendredi à la mosquée.
Les assurances, les alliances c’est le soir à la télé.
Réglez vos montres nous somme les maitres des minarets.
Nous avons la toile, les pinceaux, les aquarelles et le chevalet.

Aucun vide au pouvoir.
Pour demain les déboires.
Premier chantier, multiplier les mosquées.
Deuxième dossier éradiquer la nudité.

Première mosquée à la caserne de Bouchoucha
Autre projet, arrêt de travail pour la prière à la Kasbah.
Le rouge et blanc n’est plus aux vents.
Bleu et blanc, les tunisiens serrent les dents.

La charia ouvre un vrai débat
La question des femmes est au plus bas.
L’islam hissé, étendard de la liberté.
La démocratie, pour les bavards de la pensée.

Aucune concession sur les principes.
Dangereux schémas, le peuple rêve et flippe.
Ils ont dit non à tous les imbéciles.
Jeux d’élections, manœuvres subtiles.

Au cas où quelqu’un n’a pas compris.
Le livre saint, vous précise et vous dit.
Le texte est valable tout le temps.
Emis du ciel vers tous les continents.

L’emploi, l’éducation et l’ordre national,
Le chômage, la santé et l’équilibre régional.
L’économie, le tourisme, le commerce et l’industrie.
Le pays a besoin d’un génie, un maître en théologie.

A demain chers compatriotes.
Le coran sous le bras et la tête haute.
Hurlez colère, face aux responsables de votre misère.
A l’aube d’une année lunaire, le pays va changer d’ère.

Stg le 31-10-2011

Malaise

Tunis, école supérieure de commerce.
Haut lieu de savoir à l’abri de l’averse.
Mme Nadia enseignante à visage découvert
Interdite de cours par des étudiants pervers.

Bureau des élections, directives fantômes.
Une file pour les femmes, une file pour les hommes.
Au non de l’islam, tout le monde est Imam.
Ceci est banni, ceci est « Haram ».

A Gabés, faculté des sciences.
Les simples musulmans condamnés au silence.
Décision affichée, religion proclamée.
Au réfectoire, pas de mixité, hommes et femmes séparés.

Prédicateurs esthètes, plus beaux que le prophète.
Nouvelles facettes, tireurs de sonnettes.
Commandement de Dieu, valable en tout lieu.
Uniques, valeureux, préceptes religieux.

La Nahda manque de mots pour qualifier la presse des idiots.
Auteurs du brûlot, nommé -Charlie Hebdo-.
Châtié mieux, sanctionné par le feu.
Colère des cieux, « volonté de Dieu »

Condamnations, indignations, on connaît la chanson.
Pas de pardon pour les mécréants, voilà notre façon.
Musulmans du monde entier, aidez nous à clarifier la juste pensée.
Le message de fraternité est devenu une bataille rangée.

Le livre saint de notre créateur.
Entre les mains des fraudeurs.
Voraces tricheurs.
Guerriers sans mandats, sans honneurs.

Stg le 02-11-2011.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.