Pour une passation de pouvoir pacifique en Tunisie en 2014.Le dernier mandat constitutionnel du président Ben Ali marquera sa fin en octobre 2014.

Afin d’assurer la continuité du succès économique et sociale, ancrer les choix démocratiques et pluralistes réalisé graduellement en Tunisie depuis le changement du 7 novembre 1987, et afin de protéger notre droit à l’expression que nous exerçons aujourd’hui en Tunisie, nous, tunisiennes et tunisiens, réclamons un processus graduel et transparent de passation pacifique de pouvoir en 2014.

L’année 2014 marquera pour toujours l’histoire de la Tunisie contemporaine! Nous réclamons la participation de toute la société civile et politique dans ce consensus démocratique.
D’abord, une commission indépendante de réformes (CIR) dirigée par plusieurs personnalités intègres devra voir le jour d’ici la fin du mois de février 2011.

Parmi les membres de cette commission nous suggérons Mohamed Ghannouchi, Ahmed Brahim, Abdelaziz Ben Dhia, Maya Jribi, Kamel Morjane, Mustapha Ben Jaafar, Mohamed Ghariani, Hichem Djaït, Slim Tlatli, Sarra Kanoun, Zeïneb Benzina, Kalthoum kannou, Yadh Ben achour, Abdelfath Amor, Bechir Tekkari, Ridha Grira, Hédi Baccouche, Mohamed Talbi, Mohamed Gueddiche, Taoufik Baccar, Oussama Romdhani, Mongi Chouchane, Hedi Jilani.

Cette commission prendra en charge ce qui suit :

  • La mise en place d’une commission de réformes constitutionnelles. Parmi les réformes nous suggérons ce qui suit :
    • La transformation du régime politique présidentiel à un régime parlementaire, où le gouvernement est politiquement et collectivement responsable devant le Parlement.
    • La création d’une charte constitutionnelle des droits et libertés.
  • La mise en place d’une commission de réformes politiques. Parmi les réformes nous suggérons ce qui suit :
    • Le parti destourien constitue pour les tunisiens un héritage politique et sociale incontestable  en Tunisie. Depuis sa création le 2 mars 1934, il ne cesse de grandir en popularité au point de devenir aujourd’hui une université en matière politique, qui représente de nos jours la majorité écrasante des tunisiens inscrits au suffrage. Ceci représente en soit une sérieuse menace au débat et à la vie politique et démocratique en Tunisie. Nous pensons qu’il est devenu nécessaire aujourd’hui de diviser le parti en deux grands partis (de gauche et de droite), avec deux noms différents, pour n’accorder aucun avantage historique à l’un au détriment de l’autre. Les cadres et les membres du parti choisiront leur nouveau parti selon leurs idiologie politique respective.
  • La mise en place d’une commission électorale indépendante et impartiale qui relèvera  en premier lieu du CIR, par la suite directement de la Chambre des députés, et qui sera responsable de l’application de la Loi électorale en qui a trait aux élections du domaine électoral national, régional, et municipal.
  • La mise en place d’un organisme public indépendant chargé de réglementer et de superviser la radiodiffusion et les télécommunications tunisiennes
  • La ratification de la section de l’article 42 de la constitution tunisienne, immunisant juridiquement le président après la fin de l’exercice de ses fonctions en ce qui concerne les actes qu’il a accomplis à l’occasion de l’exercice de ses fonctions, et ce même dans l’éventualité que la totalité de cet article soit dissoute par la commission de réformes constitutionnelles. Le consentement et l’engagement irréversible de respecter cette section de l’article 42 de la constitution tunisienne est cruciale pour le succès du processus de passation démocratique du pouvoir en 2014.

Nous sollicitons le président Ben Ali lui-même de profiter de cette occasion pour graver son nom pour toujours dans l’histoire de la Tunisie, en fournissant toute la logistique nécessaire pour la mise en place en toute liberté et transparence de la CIR qui prendra en charge ce projet. Nous sommes tous conscients du fait  que le parrainage de l’état à cette action est capital, mais non outre plus nécessaire à sa réussite.

Par la même occasion, et afin de donner plus d’ardeur à cette action, et remercier le président Ben Ali pour ce qu’il a fait pour la Tunisie, pour l’encourager à appuyer cette initiative et faire de son dernier mandat un mandat historique et à la fois héroïque, nous appelons toutes les tunisiennes et tunisiens à un rallie de soutien à travers toutes la Tunisie, le dimanche 20 Mars 2011 devant les sièges des municipalités, et partout dans le monde là où il y a des tunisiens,  tous les dimanches subséquents devant les consulats Tunisiennes, en commençant par :

France, dimanche 27 Mars 2011
Allemagne, dimanche 3 Avril 2011
Angleterre, dimanche 10 Avril 2011
Italie, dimanche 17 Avril 2011
Espagne, dimanche 24 Avril 2011
Hollande, dimanche 1er Mai 2011
Canada, dimanche 8 Mai 2011
Etat Unis, dimanche 15 Mai 2011
Suisse, dimanche 22 Mai 2011
Belgique, dimanche 29 Mai 2011
Le reste du monde, dimanche 5 Juin 2011

Peu importe que vous soyez seuls, plusieurs dizaines, ou plusieurs milliers, l’essentiel c’est de participer, prendre en photos et/ou filmer l’événement, ensuite postez les sur Facebook, sur le mur de la page Tunisie2014.

L’année 2014 sera une année pas comme les autre pour la Tunisie! Participons tous à forger notre histoire. Soyez nombreuses et nombreux à soutenir cette action populaire et réformiste pour une Tunisie libre, prospère et démocratique.
Rejoignez-nous et invitez tous vos ami(e)s, plus nous serons, et plus d’influences nous aurons !

Tunisie Le 11 Aout 2010
Tunisiennes & Tunisiens pour une action sage

http://tunisie2014.org/
http://www.facebook.com/tunisie2014

Vive la Tunisie !

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.