Avez-vous pris connaissance du grand scandale de l’encyclopédie tunisienne? Un ouvrage capital qui est censé être une belle synthèse de notre histoire, de notre culture, de notre littérature, de notre art, des hommes illustres qui ont fait avancé notre pays. Cet immense projet de civilisation a été confié aux soins de l’Académlie Bayt al-Hikma.

Qu’en a-t-elle fait ? Un livre scandaleux qui ferait honte aux Tunisiens, dans lequel il n’y a pas un seul article sur Didon, ni sur Hannibal, ni sur Hadsrubal, où les photos, sans aucune légende, n’illustrent rien du tout. Les articles sont tous un bric-à-brac où la technique du copier-coller (pratiquée sans intelligence) fait la loi. Toutes les informations sont volées dans d’autres livres et je connais beaucoup de chercheurs qui ont vu des pans entiers de leurs travaux repris tels quels sans qu’ils soient cités.

Qui a validé scientifiquement le livre ? Personne. Qui a fait les corrections? Personne. Y a-t-il eu un comité scientifique pour vérifier le contenu ? Non. Inutile de dire aussi que sur le plan de la présentation, l’ouvrage est mal fait, ne présentant aucun attrait. Et pourtant, le directeur de l’Académie Bayt al-Hikma a signé un Bon à tirer sur cet ouvrage. Etait-il conscient de l’importance de son geste ? A-t-il pensé à consulter ses pairs ou même le minisitre de la Culture avant de donner l’autorisation d’imprimer cette parodie d’encyclopédie?

J’ai eu l’ouvrage entre les mains et j’ai failli m’arracher les cheveux (je publierai prochainement des échantillons). Heureusement, des personnes bienveillantes ont empêché in extremis ce livre de sortir publiquement; mais le mal était déjà fait. Le livre a été tiré en milliers d’exemplaires et résultat des courses: des centaines de millions (les deniers de l’état) ont été jetés par la fenêtre. Le cadavre de l’encyclopédie tunisienne est encore dans le placard de Bayt al-Hikma. Des tonnes de papier, imprimées pour rien, qui seront mangées par les rats…

Est-ce le visage de la science en Tunisie? Qui est à l’origine de ce ratage absolu? ce n’est pas l’incompétence (notre pays est plein de ressources) mais c’est le caractère aléatoire, irresponsable et arbitriare des décisions qui sont prises au sein de l’Académie, qui ne tient pas compte de l’avis des intellectuels et des savants tunisiens, préférant fonctionner dans une sorte d’autonomie narcissique, qui refuse de se remettre en cause.

A quand un véritable conseil scientifique à Bayt al-Hikma? quand est-ce que cette institution sortira de son coma pour devenir une véritable ruche de la science? En attendant, on se pose la question: y a-t-il un pilote dans l’avion ? Je me demande où est le responsable de l’intitution quand mes pas me conduisent à Bayt al-hikma vers 14h et que je sens en entrant une nauséabonde odeur de friture!!! les ouvriers profitant de l’absence du premier repsonsable savent qu’ils peuvent faire impunément ce qu’ils veulent: transformer ce beau palais où notre autonomie interne a été signée en vulgaire gargotte.

Un ami qui m’accompagnait un jour m’a dit: “il y a le feu à la maison!!!”

Je continuerai le récit de l’Encyclopédie tunisienne, preuve à l’appui…

Allala Allani

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.