Interview réalisée par Slim Bagga

L’Audace, numéro 131- Janvier 2006

L’Audace : Vous venez de rentrer en Tunisie où vous avez passé près d’un mois. Les détracteurs parlent d’une cure à Sousse (informations circulant bien sûr dans les milieux tunisiens de la propagande, mais malheureusement parfois véhiculés par une certaine opposition). Quel climat politique général avez- vous trouvé dans ce pays ?

MM : J’avais programmé mon retour en octobre pour accompagner la grève de la faim des huit et participer au contre sommet de l’information. Malheureusement des problèmes de santé inopinés m’obligèrent à passer sur la table d’opération en quasi urgence le jour même de l’Aïd. Les médecins me prescrivirent six semaines de repos absolu. Mais Une semaine après l’intervention, je suis rentré en Tunisie pour rendre visite aux grévistes, accompagner Samia Abbou au Kef, recevoir chez moi à Sousse beaucoup de monde, aller avec une délégation du CPR à la rencontre de tous les chefs de partis pour débattre de l’avenir de l’opposition.

Voilà pour la cure. Quant au climat politique du pays, je suis toujours envahi par l’image du marigot. Tout est calme en surface, mais tout pourrit en dessous.

De plus, il y a toutes les incertitudes et les dangers à propos d’une fuite en avant du régime ou d’un prochain 7 bis. Oui le pays est en grand danger et en grande détresse. Cela m’inquiète profondément.

L’Audace : Vous êtes arrivés au moment où le déclenchement de la grève a déjà eu son impact. Tant mieux pour la Tunisie. Mais quel est le climat de l’intérieur de cette opposition.

L’Audace compte sur votre réponse pour éviter la langue de bois…

MM : La dernière action de l’opposition c’est-à-dire la mise au point d’un organe de rencontre et de concertation commune, n’excluant que ceux qui s’excluent eux-mêmes, est certainement une chose extrêmement positive et une avancée par rapport à la situation antérieure. Il faut appuyer cette initiative.

L’Audace : Qu’est ce qui vous semble prometteur dans cette nième unification de l’opposition ?

MM : Il y a une avancée par rapport aux tentatives antérieures et elle est de taille, permettre aux forces politiques qui comptent de se rencontrer sans exclusion et sans tutelle. Je compte sur les évènements et sur les erreurs du pouvoir pour radicaliser le groupe. J’ai aussi beaucoup d’espoir dans les comités régionaux qui pourraient être le véritable noyau dur d’un mouvement d’émancipation nationale. Le problème c’est qu’il faut faire vite, les choses pouvant basculer à n’importe quel moment.

L’Audace : Comment jugez –vous l’idée de débat national que la nouvelle structure entend promouvoir pour faciliter une action commune à long terme ?

MM : On me dit que ce débat national est le prélude nécessaire à l’appel de la conférence nationale démocratique pour laquelle je milite depuis une décennie ? Soit.

Mais cela fait vingt ans au moins qu’on débat avec passion de la place des islamistes, de la qualification du régime, des droits et libertés que nous voulons, de grandes lignes de l’Etat démocratique. On a débattu de ces questions en privé, en public, dans des réunions nationales et internationales. Progressivement le consensus s’est fait autour des grands choix : le changement par les voies pacifiques, la non exclusion de tous ceux qui adhèrent au pacte démocratique, l’attachement à la personnalité arabo- musulmane du pays, le respect des droits de l’homme notamment l’intégrité physique et l’égalité absolue des deux sexes, la mise en place d’un vrai régime démocratique sous l’égide d’une vraie République. Tout cela a déjà été entériné par les grandes tendances politiques à Tunis le 12 mai 2002, à Paris le 18 mai 2002 A Aix le 25 mai 2003 un texte fondamental a été signé par un large spectre. Le fait qu’on reprenne ces débats, pour aboutir à un texte qui ne sera pas très loin de celui d’Aix ne me parait pas pertinent et surtout prioritaire Car pendant que d’un côté de la barrière on discute, on palabre, on se cherche la petite bête, on se rassure mutuellement, on se gargarise de concepts, de l’autre côté on se gargarise de contrats, on vole, on pille, on engrange et on prépare tranquillement le scénario Poutine.

Ce n’est pas de débat national que nous avons besoin mais de projet national de libération et de sa mise en application décidé par la CND qui doit être convoquée le plus rapidement possible…..et ce avant qu’on ne se réveille avec un 7 bis et qu’on reprend pour vingt ans de dictature new-look.

L’Audace : Vous ne faites vous pas partie de la nouvelle structure qui réunit pourtant les chefs de partis politiques et des indépendants ? Est-ce une marque de défiance de votre part ou une tentative de marginalisation de la part de certains qui ne vous portent pas dans leurs cœurs ?

MM : En plus de Raouf Ayadi membre de facto car parmi les huit grévistes, Le CPR avait droit à un deuxième représentant désigné en la personne de Fethi Jerbi, après refus catégorique d’Oum Ziad. Deux raisons m’ont dissuadé de faire partie du groupe. La première est d’ordre personnel. Ma présence aurait hérissé certains. Je tiens absolument à rester en dehors de toute querelle de leadership, querelle que j’ai toujours jugée comme prématurée. Ce n’est que dans un cadre démocratique, avec un peuple souverain pour arbitre, qu’une telle question pourra être posée et tranchée.

La seconde est d’ordre politique.

A la tête d’une délégation du CPR, J’ai fait le tour de tous les partis et j’ai posé à leurs dirigeants la même question. Ce comité a-t-il pour objectif final de s’attaquer aux questions de fond : l’illégitimité du pouvoir, le système policier et maffieux, le droit de notre peuple à l’autodétermination, la mobilisation de la rue en vue d’une révolution démocratique pacifique. Tous, y compris les Islamistes m’ont dit que non, et que l’on ne quittera pas le champ des trois revendications.

J’ai posé une deuxième question : Les partis sont-ils prêts, comme le CPR, à se fondre dans un front démocratique ? Là aussi la réponse a été négative. Les partis garderont leurs structures .Or vous connaissez les thèses que je défends depuis toujours : Rassembler soit, mais il ne faut pas que cela se fasse ni sur le minimum, ni sur le maximum mais sur ce qu’exige la situation politique. Ce qu’exige cette situation c’est un front politique contre la dictature se posant clairement comme une alternative politique. Si tout le monde ne s’occupe plus que de ces trois problèmes, qui va maintenir ouverts les dossiers de la corruption, du naufrage du système éducatif, des 100.OOO diplômés chômeurs, du doublement par les maffias du prix du litre d’huile d’olive pour les citoyens etc.

Voilà pourquoi le CPR appuiera honnêtement la nouvelle structure de coordination sur les trois revendications, mais ne pourra s’arrêter là. Il se réserve le droit de continuer à militer pour ses thèses et ses choix.

L’Audace : Il semblerait que certains grévistes voudraient récupérer le mouvement du 18 octobre, condamnant les absents, utilisant les réticents et se voyant déjà porte-parole d’une opposition qui reste à définir ? Est ce vrai selon vous ?

MM : Je refuse d’entrer dans les procès d’intention. Il faut attendre comment les choses évoluent et se prononcer sur des faits. Inutile de vous dire que je ne souhaite rien de tout ne cela. Il ne faut jamais perdre de vue que nous n’avons qu’un seul ennemi : la dictature et que nous devons tout faire pour renforcer tout ce qui la combat.

L’Audace : Le premier des combats ne serait-il pas de reconstruire l’opposition ? Se regrouper devient pour ’L’Audace” quasiment un vain mot puisque certains autres réflexes persistent…

MM : C’est un problème mal posé depuis toujours. Il ne s’agit pas de rassembler pour rassembler, car plus vous rassemblez plus vous mettez ensemble des gens aux projets et aux stratégies politiques les plus contradictoires. En général un tel rassemblement ne peut se faire qu’autour du minimum et du moindre agir. Avec une dictature cela ne donne rien. Ce qu’exige la situation c’est de rassembler autour d’un projet politique de rupture et de lutte.

L’Audace : Les propositions de Moncef Marzouki en marge de ce mois tumultueux ?

MM : Construire un front politique qui réclame et prépare l’alternance , qui ne laisse pas un nouveau 7 bis rouler le pays encore une fois, qui s’adresse au peuple lui redonne confiance et espoir , tout le reste est perte de temps , évitement et report d’échéances inévitables .

L’Audace : Que demandez-vous au peuple tunisien ? Quel est votre projet dans l’opposition ou avec l’opposition ?

MM : Les Tunisiens ont fait trop d’attentisme, après tout c’est de leur pays, de leur avenir et de celui de leurs enfants qu’il s’agit. Il faut qu’ils s’engagent, autrement on n’arrivera à rien. Pour l’opposition, je vous l’ai dit, il faut construire un front dont la ligne de partage regroupe d’un côté tous ceux que le sort actuel de pays indigne et angoissent – ils peuvent être dans tous les partis y compris celui prétendument au pouvoir, de l’autre côté tous ceux qui s’accommodent d’une façon ou d’une autre de la situation actuelle.

L’Audace : Croyez- vous que des alliances contre-nature visant à médiatiser telle tendance de telle autre pour faire faire plus crédible en excluant certaines autres est porteuse quand on sait que depuis 1994, vous-même et le docteur Ben Jaafar par exemple aviez prévenu contre l’exclusion ?

MM : Cà c’est de la politique politicienne. Elle fait partie de la réalité. Inutile de s’en offusquer ou de jouer la vertu outragée. La question est comment la contenir dans des limites pour qu’elle ne freine pas ou détruise le grand projet politique collectif qu’est le nôtre, c’est-à-dire la fin de la dictature et l’instauration de la République et du régime démocratique.

L’Audace : Une question de curiosité de journaliste : Qu’est ce qui vous distingue aujourd’hui de Ben Jaafar ? Le timing ? Le tempérament ? Ou (ce que je ne crois pas) une approche plus globale des choses ? Les gens, pour vous connaître et définir vos mouvements ont besoin de savoir…

MM : Il ne faut pas confondre les niveaux et il yen a trois. Le premier est celui des personnes. MBJ et moi-même sommes au coude à coude dans tous les combats pour la démocratie depuis 25 ans. Nous nous apprécions et nous nous respectons.

Le deuxième niveau est celui des structures. Le forum est un parti légal – il a pignon sur rue, il est aussi légaliste – il participe ou essaye de participer aux élections organisées par le dictateur. Le CPR est un parti non reconnu et traqué. Je vous rappelle que je suis condamné à un an de prison avec sursis pour maintien d’une organisation illégale et que l’an dernier on a ouvert contre moi une nouvelle affaire judiciaire pour diffusion de communiqués interdits. Tous les militants du CPR sont logés peu ou prou à la même enseigne.

Il y a enfin le niveau des lignes politiques. Le forum croit à la possibilité de réformes progressives, au jeu des institutions etc. Le CPR n’en croit rien. Il croit qu’une dictature n’est pas réformable, qu’elle doit être affrontée, que le seul moyen de s’en débarrasser est de mobiliser le peuple et les élites contre elle. Nos les lignes politiques sont donc aux antipodes. D’où l’échec d’une tentative de fusion entreprise en 2003.

L’audace : Comment expliquez-vous qu’après la réussite de la grève de la faim que l’on sait et la mobilisation tant sur le plan national qu’international qu’elle a suscitée, certaines parties de la société civile en soient encore au problème de l’existence d’Ennahdha et des rapports avec les islamistes ?

MM : le problème dans toute société politique ce sont les extrémistes. En Tunisie nos extrémistes sont les intégristes islamistes et les des intégristes laïcs. Ils sont, par leur rejet de l’autre, leur aliénation à des phantasmes idéologiques, leur paranoïa, les facteurs d’instabilité, les promoteurs de la violence politique qui peut entraver le développement d’une société, voire la détruire. Nous devons en prendre notre parti, continuer à construire au centre un consensus national autour de la coexistence pacifique de tous les courants idéologiques sous l’égide su système démocratique, et tant pis pour ceux qui s’excluent eux-mêmes.

L’audace : Cela veut-il dire qu’après 20 ans de terreur du régime de Ben Ali, le problème central concernant le rapport aux islamistes demeure entier ?

MM : Pour quelques attardés oui, par contre pour beaucoup d’hommes et de femmes de gauche la question est réglée. Aujourd’hui la démarcation est claire entre ceux qui sont pour un front uni contre la dictature mettant entre parenthèses leurs divergences avec les islamistes modérés et ceux qui sont pour un front uni contre l’islamisme même modéré mettant entre parenthèse leurs divergences avec la dictature . C’est le cas de ce nouveau groupe appelé je crois coalition démocratique et organisé autour de solide allié et faire valoir de l’Etat policier qu’est Ettajdid.

L’audace : Quid de cette nouvelle querelle du foulard islamiste suscitée par les déclarations incendiaires du ministre des affaires religieuses ?

MM : Un truc pour entretenir les faux débats, dévier l’attention, se chercher de nouvelles complicités nationales et internationales. Il ne faut pas dans le piège, nous devons rester sur le seul registre de l’alternative démocratique et son avancement. Pour ce qui est de la question elle-même ma réponse n’a jamais varié. Il est tout aussi inacceptable d’imposer le voile aux femmes par la force comme c’est le cas en Iran, que de le leur refuser par la même force comme c’est le cas en Tunisie. C’est une question de liberté de conscience, de liberté de la femme. Toute interférence de l’Etat dans un sens ou dans l’autre est une violation des droits de la personne.

L’audace : Que faut-il entreprendre, selon vous, pour que la rue soit moins inerte, plus consciente des enjeux touchant à son avenir ?

MM : La rue n’existe pas, ce qui existe c’est un peuple brimé, atomisé, maintenu consciemment dans la peur, le découragement et la désespérance. Son réveil se fera mais il faut que le maximum de gens en stand-by s’engagent, il faut que circule la parole libre, il faut plus d’exemples et de figures d’identification. Alors viendra le jour où il ne faudra pas être dans les pénates de tous ces êtres cyniques et sans honneur qui a cru s’enrichir en volant leur peuple, se valoriser en le dévalorisant, se glorifier en l’humiliant.

L’audace : Quel est votre vœu le plus cher pour 2006 ?

MM : Que les Tunisiens retrouvent le sens de la fierté, la fierté d’eux-mêmes et de leur pays. Tout le reste nous sera donné de surcroît.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.