La Polit-Revue : L’effroyable paralysie de la classe politique

La semaine du 14 au 19 avril a offert coup sur coup deux rendez-vous avec l’Histoire à la classe politique tunisienne : répondre au scandale retentissant de l’acquittement des symboles de l’ancien régime, puis réagir au simulacre d’élections présidentielles en Algérie. Dans un cas comme dans l’autre, l’ensemble de la classe politique s’est montré incapable de se hisser à une hauteur honorable, celle qu’on est en droit d’attendre d’institutions issues de la révolution. C’est dans ce climat léthargique qu’a eu lieu la reprise du dialogue national, un dialogue cette fois à teneur plus économique que politique.

Wael Naouar

La fin de la grève de la faim de Wael Naouar est-elle une victoire pour l’UGET ?

Au bout de dix jours, Wael Naouar, secrétaire général l’Union Générale des Etudiants Tunisiens a levé sa grève de la faim, suite à l’aboutissement des négociations avec le ministère de l’Enseignement Supérieur. En effet, un accord a été signé entre les deux parties concernant les revendications du bureau exécutif de l’UGET, dont principalement l’augmentation de la bourse universitaire et la participation de l’Union aux commissions nationales de réforme de l’enseignement supérieur.