Bouazizi, ou la fin possible de la post-colonie

Dans chaque révolution il y a trois moments : le premier est la nécessité d’agir parce qu’on n’a Rien et on est réduit à Rien, le second est de vouloir réaliser quelque chose qui reste de l’ordre de l’absolu pour palier tout ce qu’on n’avait pas et donc on cherche un Tout et on devient Tout

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org