hopital-regional-kasserine

La bâtisse gît au pied de la montagne Chaambi. Un cavalier de la tribu des Fréchiches figé sur son cheval au centre du rond-point fait face au grand portail. Il veille sur l’hôpital et ses visiteurs. Il lui arrive aussi d’accueillir des patients venus des zones rurales des autres gouvernorats limitrophes qui se trouvent souvent plus proches de Kasserine que des hôpitaux de Siliana, de Sidi Bouzid ou de Gafsa.

Les Kasserinois l’appellent Sbitar Elwilaya [hôpital du gouvernorat, ndlr], car dès le milieu des années quatre-vingt, il jouxte le siège du gouvernorat, à trois kilomètres du centre ville. Depuis, le noyau s’est agrandi à coups d’extensions. L’établissement a aussi gagné en visibilité,  épousant la réalité sinistrée du gouvernorat le moins développé du pays et le quotidien souvent morose de ses 500000 habitants.

Au fil des drames

Les Tunisiens, et le monde, ont découvert l’hôpital quelques jours avant le 14 janvier 2011. Des vidéos  diffusées sur internet, mais aussi sur Al Jazeera et les chaînes françaises, rendaient compte des stigmates du massacre des 8 et 9 janvier. Les corps martyrisés de dizaines de morts et de blessés déferlaient sur le service des urgences, sur un fond de cris et de pleurs. Habitué plutôt aux coliques néphrétiques, aux crises hépatiques, aux accidents de la route, aux maladies cardiaques et aux morsures venimeuses l’été, le cadre médical et paramédical s’est trouvé dépassé devant de vraies blessures de guerre : des cranes écrasés, des thorax criblés de balles et des asphyxies au gaz lacrymogène périmé. Avec des équipements à peine bons à faire des sutures, médecins et infirmiers ont du procéder à des chirurgies complexes, du jamais vu. Le bilan de la répression policière sanglante s’était alors élevé à plus de 20 morts et plusieurs centaines de blessés.

Depuis cet hiver morbide là, la bâtisse n’en a pas fini avec les drames. Au calvaire quotidien des citoyens, à leurs périples pénibles vers les hôpitaux, plus qualifiés, des villes de la côte, aux accouchements mortels et aux décès des bébés prématurés se sont ajoutés les victimes du terrorisme, dans les montagnes de Chaambi, Sammama et Salloum et dans les quartiers de Zouhour et El Karma. Encore une fois, des images choquantes secouent les esprits. Cinq longues minutes au journal de la nuit ramadanesque du 29 juillet 2013 de la Watania1, sanctionnées par la Haica, ont franchi les lignes rouges du traitement journalistique. Des soldats pliés par la douleur transportaient neuf corps de leurs collègues égorgés. Neuf cadavres, à la limite de la capacité de la morgue aux trois portes. Même désarroi, même colère et surtout, même constat. L’hôpital régional de Kasserine est incapable de prendre en charge les victimes de guerre et de catastrophes. L’accident de Khmouda n’a fait que confirmer la triste donne.

Tout est à changer

« Tout, absolument tout, est à changer», estime Docteur Chedly Maksoudi, chef du service des urgences. Passé de 47 000 en 2010, à plus de 116 000 en 2015, le nombre des consultants dépasse de loin la capacité du service composé de 18 médecins, 18 techniciens supérieurs, 25 infirmiers et 3 aides soignants. La prise en charge est davantage compliquée par un manque accablant en matériel et une fourniture désuète, variant des chariots rouillés aux couveuses cassées. « On évoque souvent dans les médias le problème du scanner, mais ce n’est pas seulement une question de scanner, il faut une rénovation du matériel, une mise à niveau, une refonte totale du service », a expliqué Dr Maksoudi. A défaut d’appareils aussi cruciaux que le radio mobile ou l’échographe portable, les imageries, les analyses et le transport des patients en urgence sont plus lents et fastidieux. Les complications aboutissent souvent à des morts évitables.

Un projet pourrait toutefois mettre un terme aux griefs du médecin-chef et de son équipe ainsi qu’aux souffrances des citoyens à Kasserine. Un projet de la construction de 5 étages : un nouveau service d’urgence au rez-de-chaussée, la réanimation au premier étage, l’urologie au deuxième, la gastro-entérologie au troisième et enfin la pneumologie au quatrième. Amen Allah Missaoui,  coordinateur d’un audit citoyen avec le Forum tunisien des droits économiques et sociaux (Ftdes), s’intéresse de près à l’entreprise. Il scrute depuis des mois tous les maillons de la chaîne du projet. Administration régionale d’équipement, autorités sanitaires locales, gouvernorat et architectes. Tous ont été interrogés pour comprendre les causes de la lenteur de l’exécution du projet, dont le budget – plus de 11 millions de dinars- a été déjà alloué depuis 2015. « Un laxisme administratif, absence de délais et d’engagements contractuels avec les ingénieurs, une étude géotechnique préliminaire réalisée trop tard, absence de coordination entre les différentes parties prenantes au projet… », le jeune Kasserinois énumère les défaillances, sur un ton tant exaspéré qu’indigné.

Le Ftdes appelle ainsi à ouvrir une enquête administrative au niveau du gouvernorat et du ministère de la Santé, pour identifier les responsables du retard accusé et des pertes financières et humaines qui en découlent. Désormais, l’organisation se veut partenaire et revendique un droit de regard sur les prochaines étapes, celles de l’élaboration du cahier des charges, le lancement de l’appel d’offres, le dépouillement des dossiers et la réalisation d’ouvrage.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.