Je suis déçu. Très déçu. On nous avait promis pour l’Aïd un gouvernement d’union nationale qui aurait la lourde tâche et la gloire de sauver le pays du désastre. Je me suis rongé les ongles pendant plusieurs semaines dans l’attente de la bonne nouvelle. J’ai essayé de deviner au moins qui serait notre futur Premier ministre. J’ai traqué l’information, épluché les démentis, confronté les rumeurs, disséqué les controverses. J’ai fait mille calculs, supputé comme un fou. Sans résultat. J’ai analysé les discours, tenté de lire les lignes et l’entre-les-lignes, séparé le bon grain de l’ivraie, le non-dit du dit, le sous-entendu de l’entendu, les torchons des serviettes. Pour des prunes. Plus d’une fois, je me suis énervé puis je me suis calmé puis je me suis à nouveau énervé. Je me suis mis en colère et j’ai même prononcé à haute voix des mots très vulgaires dont j’ai honte aujourd’hui. Tout ce temps perdu, toutes ces émotions, en vain. Je n’ai rien deviné du tout. A la veille de l’Aïd, j’espérais enfin être libéré de mon attente impatiente et voilà qu’on nous annonce que les négociations avancent tellement vite qu’elles n’ont pas progressé d’un pouce ! Amère déception. Ça m’a gâché les fêtes.

Bon, me suis-je dit, pour me consoler, dans quelques jours nous saurons au moins ce que contient le document de synthèse traçant les contours politiques du nouveau gouvernement. « Le 8 juillet, on nous avait dit, sans faute, il sera rendu public ». J’ai attendu. Toujours pour rien ! Voilà que non seulement on nous annonce le report de sa publication mais Habib Essid, dans un entretien historique accordé à Essabah News où il révèle la profondeur de sa vision politique, déclare en substance qu’il restera à la tête du gouvernement pour le bien du pays et qu’il quittera la tête du gouvernement pour le bien du pays ! Quant à la composition du gouvernement, nous apprenons par d’autres médias, qu’il sera largement remanié sans être sensiblement différent de l’actuel cabinet. Sa feuille de route ? Ah, là, je crois que nous aurons une véritable surprise ! L’orientation qu’aura à mettre en œuvre le nouveau gouvernement sera fondée sur une redéfinition profonde des priorités qui s’inscrira pour l’essentiel dans la continuité de l’action de l’actuel ministère.

Plus d’un mois après l’annonce de l’« Initiative présidentielle », voilà ce qu’il en est du projet de gouvernement d’union nationale. Les représentants de la classe dominante, qui ont les dents longues mais plus de sécrétions sébacées que d’idées, s’avèrent incapables de s’entendre ne serait-ce que pour rétablir l’ordre au mieux de leurs intérêts. Peut-être avez-vous déjà rencontré le mot « SPLASH » ? C’est une onomatopée signifiant l’affaissement d’une « initiative présidentielle » sur elle-même.

Sadri-Khiari-BCE-SPLASH 350

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.