abrutissement

L’un des plus grands drames de l’opinion publique arabe, c’est de n’avoir jamais su ou voulu réaliser que l’un des pires impérialismes des temps modernes sortira de ses propres entrailles. Et nous y sommes !

Pendant plus de 50 ans, cette même opinion publique arabe, sevrée jusqu’à la lie par la théorie du complot occidental, refusait de voir les graines, plantées à sa porte, d’un sanguinaire impérialisme que l’on nomme aujourd’hui, entre autres, Daesh.

Et dire que vis-à-vis de ce constat, il y aura encore ceux qui vont sauter sur l’occasion pour -encore et toujours- sortir le sempiternel discours sur l’impérialisme occidental… avec ce que fut son bras armé, la colonisation.

C’est compliqué de se réveiller d’un long sommeil. Oui l’impérialisme occidental a existé avec son lot d’une colonisation horrible. Mais ce n’est pas le sujet… Il s’agit plutôt de quelque chose autrement plus grave aujourd’hui, en l’occurrence de ces 5es colonnes plantées un peu partout sur le territoire des pays arabes et qui ne demandent qu’à frapper.

Pour le cas de la Tunisie à proprement parler, le plus inquiétant ce n’est pas Daesh. La Tunisie n’est, ni l’Irak, ni la Syrie à l’État en déliquescence, ni la Libye, ni la Somalie.

Le plus inquiétant en Tunisie, c’est plutôt ce que représente le symbole de Daesh pour tous ces abrutis au sens littéral du terme (cf. définition plus bas) qui débitent tant de médiocrités sur le “danger” des droits de l’Homme, fragilisant ainsi la jeune démocratie tunisienne et ce qu’elle suppose en termes de garanties et droits fondamentaux. C’est à croire que l’ennemi public n°1 en Tunisie, ce sont lesdits droits de l’homme et non ceux qui cherchent à les éradiquer de la civilisation humaine.

Et des abrutis…, ils ont été nombreux (trop même) à avoir étalé leurs âneries ces derniers jours sur les grands médias. Et c’est en de pareilles circonstances, qu’effectivement, ces grands médias deviennent, par excellence, les outils d’abrutissement des masses !

Quant à nous, nous l’avons écrit et nous le répétons pour la énième fois :

“Dans ce pays, ceux qui commettent des actes relevant du terrorisme, on les traque sans relâche, on les arrête et on les juge pour leurs ignobles crimes. Ce qui distingue les civilisés des barbares, c’est l’honneur des premiers à préserver la dignité humaine en toute circonstance et le déshonneur des seconds à se transformer en boucher dès que rien ne va plus. Or, la Tunisie n’est pas Daesh et ne le sera jamais !

On n’accède pas à l’honneur et à la civilisation quand ça va bien ; on y accède par son comportement à l’issue des épreuves, aussi difficiles et cruelles soient-elles. Et c’est toujours durant les épreuves que l’on distingue les femmes et les hommes d’honneur des salauds !

Et dans ce combat contre le despotisme, de quelque bord fût-il, la lucidité et la vigilance des citoyens responsables sont de rigueur pour ne pas tomber dans les pièges tendus par les uns ou par les autres.

Enfin une observation de bon sens : Nous n’avons pas à choisir entre le laxisme dans la lutte contre le terrorisme ou le despotisme d’État, choix auquel de nombreux malintentionnés cherchent à faire croire. Car rien n’empêche de lutter efficacement contre le terrorisme tout en préservant nos libertés et garanties fondamentales, si chèrement acquises.”

PS :
Extrait du “Grand Robert” :
Abruti, adj. du verbe “Abrutir” : Rendre semblable à la brute, dégrader l’esprit, la raison.
Abruti : dont les facultés intellectuelles sont temporairement amoindries…

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.