Communiqué de presse :

Bruxelles, le 22/03/2014

Suite à la signature de « l’accord de mobilité » entre l’Etat Tunisien et l’Union Européenne, plusieurs associations, des représentants des sans-papiers et des personnalités de la société civile en Belgique se sont mobilisées contre cet accord. Une première réunion a eu lieu le 08/03 au Centre socioculturel Tunisien « Dar Ettounsi » pour clarifier la portée de cet accord et ses conséquences sur la situation des tunisiens à l’étranger. Après discussion, les personnes présentes ont sollicité une rencontre avec son excellence Monsieur l’Ambassadeur auprès de l’Union Européenne.

La réunion s’est tenue ce samedi 22/03 à l’Ambassade à Bruxelles. Après un échange des points de vues entre certains représentants de la société civile tunisienne en Belgique et Monsieur l’Ambassadeur, les parties présentes de la société civile ont souligné la gravité des engagements pris par les autorités tunisiennes sans aucune concertation avec la société civile qui avait auparavant manifesté son opposition à cet accord. Ils ont mis en évidence notamment deux dispositions qui sont incompatibles avec les intérêts de notre pays :

· L’externalisation des frontières de l’Union Européenne par la création dans notre pays d’un système de contrôle du flux migratoire vers l’Europe.

· Transformer les représentations diplomatiques tunisiennes en auxiliaire de la police des étrangers de l’Union Européenne pour faciliter l’octroi de Laisser-Passer d’expulsion de nos concitoyens « sans-papiers ».

La discussion s’est déroulée dans un climat serein et constructif. Monsieur l’Ambassadeur a promis de faire part des revendications de la société civile au gouvernement tunisien et surtout son refus de délivrer des Laisser-Passer facilitant l’expulsion de nos concitoyens. Il a, en outre, suggéré de lui envoyer des dossiers des demandes de régularisation de séjour pour qu’il puisse intervenir auprès des autorités belges et obtenir la régularisation de la situation des personnes concernées.
La société civile demande la renégociation de cet accord, et en attendant, exige un moratoire sur toutes les expulsions pour tenir compte de la situation de transition difficile que vit actuellement la Tunisie.

Par ailleurs, les membres des associations présents ont appelé la communauté tunisienne en Europe à se mobiliser pour faire pression sur les institutions européennes à accepter de renégocier cet accord et d’observer un moratoire sur les expulsions des tunisiens sans papiers comme manifestation de leur soutien déclaré à la transition démocratique en Tunisie. Nous tenons aussi à rappeler que le mandat qui est conféré à l’actuel gouvernement provisoire, est de préparer les élections et de s’occuper des affaires courantes et dans cette mesure il n’a aucune légitimité à signer des accords au nom de la Tunisie sans l’aval de l’ANC et de la société civile.

Les Associations présentes :
1- Amitié Belgo Tunisienne Asbl
2- Comite D’entraide Bel-00216
3- Comité de vigilance pour la démocratie en Tunisie
4- Entraide Belgo-Tunisienne
5- EZAYTOUNA
6- Passerelles Humanitaires Europe-Tunisie
7- Wissal Asbl
8- Personnalités indépendantes

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.