hakim-ben-hamouda-tunisie

Le FMI vient de mettre en ligne la lettre d’intention envoyée par le gouvernement Jomaa pour libérer les 500 millions de dinars qui lui sont destinés au titre du prêt FMI.

⬇︎ PDF

L’Observatoire Tunisien de l’Economie a marqué sur sa page Facebook son étonnement de voir que la date de la signature de ladite lettre est le 28 janvier 2014. Hakim Ben Hammouda l’avait signée en tant que ministre des Finances alors qu’il ne l’était pas encore, vu que le nouveau gouvernement n’a obtenu la confiance des élus que le 29 janvier 2014 à 00h55. Or, la passation de pouvoir n’a eu lieu lors que le 30 janvier 2014, soit deux jours après la signature de la lettre en question. Hakim Ben Hammouda n’a-t-il pas usurpé le titre de ministre en signant une lettre officielle avant même son investiture officielle ? Ne vient-il pas de donner une perche en or à des procéduriers qui souhaiteraient annuler cet acte pour un vice de forme évident ?

//

Devant l’Assemblée Nationale Constituante, Mehdi Jomaa avait déclaré qu’il allait envoyer la lettre d’intention juste après l’investiture. Nous avions donc attendu Hakim Ben Hammouda à la sortie de la plénière pour l’interroger sur le contenu de cette lettre. Il répondit brièvement :

Laissez-ça pour demain, je vous jure que je n’ai rien !

Hakim Ben Hammouda

Rappelons que l’accord avec le FMI est un engagement financier de l’Etat qui n’a toujours pas été validé par le pouvoir législatif comme l’exige la loi constitutionnelle sur l’organisation provisoire des pouvoirs publics et comme l’exige aujourd’hui la Constitution déjà entrée en vigueur.
Nous nous demandons en outre, qu’est-ce qui pousse le FMI à autant de laxisme vis-à-vis d’autant d’anomalies manifestement suffisantes pour faire annuler l’acte ?

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.