leco-revue41

Chaque semaine, nous essayerons, dans cette chronique, de résumer l’actualité économique nationale, afin d’avoir une vue d’ensemble et de ne pas se noyer dans la masse gigantesque d’informations disponibles et de pouvoir assurer, ainsi, le suivi des projets annoncés.

Lundi 24

L’affaire “Yosr développement” s’ajoute aux nombreux déboires des autorités. Malgré l’arrestation de son gérant Adel Dridi et le gel de ses actifs, les clients arnaqués, plus de 100 000 d’après les premières estimations, manifestent leur colère contre le gérant et contre les différentes institutions responsables qui chercheraient à savoir où l’argent a été investi. Il est important de rappeler les relations de A. Dridi, que ce soit avec les LPR ou les milieux islamistes, et de rappeler que la responsabilité de l’Etat, de la Banque centrale, des commissaires aux comptes et même des banques qui géraient les comptes de cette “entreprise” peut être engagée. Le pire, c’est qu’aux dernières nouvelles, il y aurait plus de sept institutions similaires ayant pignon sur rue dans le pays…

L’arrêt de l’activité de “LAINO” provoque des pertes de plus de 350 litres de lait par jour selon L’Union tunisienne de l’agriculture et de la pêche (UTAP) et le Syndicat des agriculteurs de Tunisie (SYNAGRI), qui appellent à la réouverture de la centrale de collecte et à une solution d’urgence pour stocker les quantités de lait qui risquent de tourner.

Le ministère des Affaires étrangères français met à jour ses recommandations concernant la situation sécuritaire de la Tunisie. Hormis les zones côtières, le reste de la Tunisie est considéré comme assez dangereux. Belles perspectives pour le tourisme…

Plusieurs députés publient leurs fiches de paies et la liste de leurs avoirs sur le site de l’ONG Al-Bawsala. Une petit pas pour l’OpenGouv, mais le chemin reste encore long.

Mardi 25

Du nouveau dans l’affaire “EssebsiGate” : deux intructions judiciaires ont été ouvertes, l’une concernant les parts de Slim Chiboub dans la société Voyager et l’autre concernant les accusations de Darren Stevenson contre Chiboub et de hauts fonctionnaires de l’Etat. On reste quand même sceptique, connaissant l’indépendance de la justice tunisienne, qui s’est illustrée cette semaine par sa politique de deux poids, deux mesures

Le feu bactérien ravage les poiriers. Ainsi, entre 50 % et 70 % des cultures sont affectées et il n’y aurait pas de traitement efficace contre ce ravage importé par la contrebande de plants d’arbustes…

Le ministre des Technologies de l’information et des communications, Mongi Marzouk, rappelle que La Poste a déposé, il y a plus de cinq mois, une autorisation pour devenir une banque. Comme s’il ne faisait pas partie du gouvernement !

Mercredi 26

Selon la Banque mondiale, le secteur informel représenterait plus de 38 % du PIB et plus de 53 % des emplois. Selon une autre étude réalisée par la TAMSS (Tunisian Association for Management and Social Stabiliy), plus de 77 % des salariés du secteur sont payés mois de 200 DT/mois. Une vraie catastrophe nationale qui démontre réellement la profondeur des inégalités et l’effet d’une politique économique désastreuse depuis plus de 20 ans, et qui explique peut-être la mentalité qui prône chez le Tunisien, qui préfère miser sur des escroqueries comme “Yosr Développement” plutôt que sur les institutions “régulées”, qui ne sont en réalité destinées qu’à une minorité aisée.

Entre temps, l’Etat continue de faire peser la facture sur la classe moyenne, si l’on peut encore l’appeler ainsi. Un citoyen démontre, dans ce cadre, le trafic qu’opère la STEG pour gonfler les factures

Andarko publie un communiqué pour expliquer sa version des faits, en oubliant de rappeler qu’elle a pu acquérir des actifs appartenant à l’Etat alors que son représentant officiel est le frère de l’ex-Premier ministre de l’époque et que les soupçons de conflit d’intérêt sont troublants dans ce cas…

Héla Cheikhrouhou, qui était la directrice du département de l’énergie, de l’environnement et de l’évolution du climat à la BAD, a été désignée comme le premier directeur exécutif du Fonds vert pour le climat, basé en Corée du Sud. Le Fonds vert pour le climat est un mécanisme financier de l’Organisation des Nations unies, qui a pour objectif de réaliser le transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables afin de mettre en place des projets pour combattre les effets des changements climatiques. Espérons qu’elle pourra réellement trouver les fonds nécessaires pour financer la transition écologique dans le tiers-monde et que les projets financés auront un vrai impact sur la lutte contre le réchauffement climatique.

Toujours dans le cadre des Tunisiennes primées, Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, a reçu le « Women Business Award 2013 », décerné par le Partenariat de Deauville issu du G8.

Jeudi 27

Dans son communiqué mensuel, la BCT s’inquiète pour la saison agricole et de l’augmentation du déficit commercial de plus de 5,5 % par rapport à l’année dernière, ce qui entraîne une baisse des réserves en devises, évaluées à 96 jours d’importation. Elle rappelle aussi que l’inflation se stabilise sur un chiffre alarmant de 6,4 %, et que les banques continuent à se financer auprès de la BCT à un rythme trop élevé, bien qu’elles n’arrivent pas à financer l’économie puisque leur concours à l’économie est en hausse de seulement 3,2 % (à comparer au 4,3 % de l’année dernière). La situation est toujours aussi déprimante.

Yosr développement accapare la scène, puisque trois cadres bancaires ont été arrêtés pour avoir converti en devises étrangères une somme d’environ 60 millions de dinars au profit d’Adel Dridi ; ce qui prouve que notre Madoff national a de bonnes relations et a bien essayé de s’enfuir à l’étranger.

Mais Dridi n’est peut-être que l’arbre qui cache la forêt, puisque la Belgique classe désormais la Tunisie comme le 5ème pays au monde en terme de blanchiment d’argent

La production énergétique est en baisse par rapport à 2012 ; ainsi, la production pétrolière est en baisse de 1 % et la production d’électricité de 3 %. Gare aux coupures d’eau en plein mois de Ramadan…

Vendredi 28

Alors que la contrebande promet de s’intensifier avec l’arrivée du mois de Ramadan, le Premier ministre avoue que la fraude fiscale prend de l’ampleur malgré des opérations de contrôle qui ont ramené plus de 992 MDT.

L’information doit encore être vérifiée : l’administration américaine aurait suspendu sa coopération, hormis pour les projets sécuritaires, pour faire pression quant à la nécessité de finir cette étape de transition. Le compte à rebours a-t-il commencé ?

Et bonne semaine malgré tout !

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.