Provocations Et Violences Inadmissibles
Les associations démocratiques de l’immigration tunisiennes organisatrices du cortège unitaire de la manifestation internationale du 1er mai 2013 à Paris et défilant avec leurs camarades du FALDI (Forum des associations des luttes démocratiques de l’immigration) dénoncent les provocations, insultes et violences verbales commises par certaines personnes présentes au sein du stand du front populaire tunisien d’Ile-de-France installé sur le parcours de la manifestation.

Ces pratiques antidémocratiques et violentes sont étrangères aux longues traditions de luttes démocratiques de l’immigration, elles sont caractéristiques d’un esprit anti-démocratique et sectaire qui ne respecte pas les participants à la manifestation unitaire des associations organisatrices.

Les associations organisatrices signataires de la présente déclaration sont indignées par ces comportements violents d’autant plus qu’elles avaient demandé, conformément à leurs traditions démocratiques et unitaires, à toutes les forces associatives et politiques tunisiennes dont le front populaire d’Ile-de-France – qui a refusé- de s’associer au cortège unitaire.

Les associations organisatrices déplorent ces comportements violents contre cette mobilisation unitaire du 1er mai fête internationale. Cette action a été placé sous les mots d’ordres de lutte contre la précarité croissante des immigrés et de leurs familles ; contre les discriminations, la montée du racisme, de la xénophobie et de l’islamophobie, contre les entraves multiples et variées à la liberté de circulation et d’installation, et enfin contre le recul sur le droit de vote des étrangers aux élections locales malgré les promesses qui se sont révélées électoralistes.

Les associations tiennent aussi à rappeler qu’elles ont défilé pour les revendications communes à tous les démocrates tunisiens face aux dérives actuelles observées en Tunisie. Elles demandent que les forces démocratiques tunisiennes s’unissent pour défendre l’égalité, la pleine citoyenneté et la démocratie. Leurs revendications ont aussi porté sur la dissolution des ligues dites “de la protection de la révolution”, l’inscription dans la nouvelle constitution du principe de l’universalité des droits humains et de leur supériorité normative, du droit de grève et des droits économiques et sociaux, de la séparation du politique et du religieux, la vérité sur l’assassinat du Martyr Chokri BELAID, le blocage immédiat des prix des matières de base et un plan d’urgence sociale pour les régions déshéritées

Les associations démocratiques de l’immigration tunisiennes regrettent que ces comportements inadmissibles n’aient pas été publiquement dénoncés par nos camarades du front populaire ainsi que par ses organisations membres. Elles demandent aux camarades responsables du front populaire d’Ile-de-France de dénoncer ces comportements inacceptables et de faire prévaloir l’unité de lutte et d’action pour la défense des libertés et de la démocratie en Tunisie sur toutes autres considérations.

Les signataires :

ADTF : (Association Démocratique des Tunisiens en France)
AIDDA : (Association Interculturelle de production, de Diffusion et de Documentation Audiovisuelles)
ATF : (Association des Tunisiens en France)
AVJFH : (Association Vérité et Justice pour Farhat Hached)
Collectif 3C : (Collectif Culture Création Citoyenneté)
Espace Farabi,
FTCR : (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives)
Idéal 92,
MCTF : (Mouvement Citoyens des Tunisiens en France)
REMCC : (Réseau Euro-Maghrébin Citoyenneté et Culture)
UTAC : (Unions des Tunisiens pour l’Action Citoyenne)
UTIT : (Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens)

Paris le 4 mai 2013

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.