Photo de Mohamed Bakhti, le salafiste décédé auj 17 novembre 2012 suite à 59 jours de grève de la faim à la prison Mornaguia

A cinq heures du matin, Mohamed Bakhti, l’un des salafistes impliqués dans l’attaque contre l’ambassade des Etats-Unis à Tunis, décède aujourd’hui suite à la complication de son état de santé (hémorragie cérébrale) après une longue grève de la faim qui a duré 59 jours dans la prison de Mornaguia (ville située à quatorze kilomètres au sud-ouest de Tunis) selon les propos de l’avocat Hadedh Ghadhoun de l’Association Liberté et Équité qui était à la morgue de l’hôpital Charles Nicolle.

Après la nouvelle de la mort de son camarade Béchir Golli par une crise cardiaque, avant hier, la mort d’un deuxième salafiste, Bakhti, aussi connu pour être le chef du groupe islamiste djihadiste à la faculté de la Manouba, vient enfoncer la crise du système pénitentiaire en Tunisie. En effet, selon Mohamed Abbou, secrétaire général du CPR, deuxième parti de la Troïka gouvernante, le directeur Chokri Achouri de la prison Mornaguia où sont arrêtés les salafistes , ne serait que celui qui avait supervisé son harcèlement, son mauvais traitement et des agressions perpétrées contre son épouse Mme Samia Abbou et les défenseurs de sa cause quand il était détenu dans la prison du Kef en 2005.

Ayant pris contact avec M. Achouri hier pour savoir quand est-ce que le médecin de la prison a entamé la procédure pour une expertise du cas des grévistes afin de connaitre en détail le sérieux du suivi médical, il nous a tout simplement dit qu’il n’en savait rien et qu’il fallait appeler la direction générale des prisons et de la rééducation, chose qu’on a faite. Voulant parler avec M. Habib Sbouai, vice président de la direction (il n’y a pas de directeur actuellement), la secrétaire nous a prévenu qu’il était en réunion fermée au ministère de la Justice.

Rappelons que M. Béchir Golli a été arrêté avec 96 autres manifestants après trois jours de l’attaque perpétrée contre l’ambassade des Etats-Unis à Tunis par des centaines de personnes dont une grande partie est venue contester la diffusion sur internet du film anti-islam “Innocence of muslims”. D’après les propos de l’avocat Anouar Oulad Ali dans une conférence de presse organisée hier, Golli a été arrêté suite à la délation de deux policiers en civil qui l’ont dénoncé alors qu’aucune preuve tangible l’inculpant de faits hors la loi le prouve.

Contrairement aux propos du communiqué publié hier du ministère de la Justice, Anouar Laroussi, l’un des salafistes qui a été libéré après sa grève de la faim avec ses camarades, nous a informé ce matin que la grève a été entamée le 17 par Bakhti et Golli puis d’autres ont suivi le 21 et non le 25 septembre.

Au début, Bakhti et Golli ont commencé la grève le 17 septembre, le 21 septembre on était dix seulement puis certains salafistes concernés par l’affaire Abdellia et autres nous on rejoints. Certains n’ont pu supporter la privation de nourriture et ont été très malades. Il faut savoir aussi que quand on nous emmenait à l’hôpital, je peux vous dire que c’était tout simplement du pointage, on a été mal traités, nous déclare Anouar.

Le samedi 10 novembre, les salafistes à la prison de Mornaguia ont pu passer une lettre intitulée ” Lésés entre la vie et la mort” où ils annoncent l’état très grave de quatre de leurs “frères” qui se considèrent innocents réclamant au plus vite un procès équitable.

A la prison Mornaguia, l’une des plus grandes et des plus sauvages grève de la faim est en train d’avoir lieu ici et elle pourrait coûter la vie aux meilleurs de la jeunesse de la Tunisie, tels que Mohamed Bakhti, Bachir Golli, Anouar Laroussi, Mohamed Nourtalass et Tarak Nassraoui qui sont actuellement dans un état très grave et ils peuvent décéder à n’importe quel moment notamment Bachir et Bakhti (60 jours de grève)

Lettre passée clandestinement par les salafistes de la prison Mornaguia à leurs camarades à l'extérieur

Par ailleurs, le ministère de la justice a publié dans son communiqué sur sa page facebook officielle hier une explication détaillée des évènements où il affirme que les détenus ont été bien suivis sur le plan médical mais que les salafistes grévistes ont refusé à mainte reprises d’être soignés.

Le ministre Samir Dilou, à la fois ministre des droits de l’Homme mais aussi porte-parole du gouvernement Jebali, a déclaré hier sur la radio Mosaïque FM que cette grève a été entamée pour réclamer la libération des détenus sauf qu’il ne peut intervenir dans ce genre de situation.

L’attaque contre l’ambassade des Etats-Unis à Tunis le 14 septembre a été un scandale pour la mauvaise gestion du ministère de l’Intérieur puisque les dégâts étaient considérables, notamment avec la nouvelle de la mort de quatre manifestants dont aucune enquête n’a été révéléejusqu’à maintenant au public.

A cet instant, outre les détenus islamistes accusés dans l’affaire de l’attaque de l’ambassade américaine à Tunis, des dizaines de salafistes ( arrêtés dans le cadre de l”affaire Abdellia, de la faculté des lettres de la Manouba, de la destruction du mausolée de Saïda Al Manoubia) ont entamé hier une grève de la faim collective à la prison Mornaguia. Quelques grévistes, comme Anouar Laroussi, ont récemment été libérés suite à la détérioration de leur état de santé.

NB:
Selon le ministère de la Justice depuis septembre 2012, sur 449 poursuivies en justice, 178 personnes seulement ont été arrêtées, accusées dans les affaires du palais Abdellia (50 accusés), de l’attaque et incendie du mausolée de Saïda Al Manoubia ainsi que l’attaque de l’ambassade et l’école américaines.
Concernant l’affaire de l’ambassade américaine, le ministère de la justice déclare avoir 123 accusés, dont 15 qui ont été libérés et trois personnes en état de fuite dont Abu Iadh, le chef des djihadistes.

Quelques uns parmi les détenus ont été libérés, le chiffre exact de ceux qui sont actuellement en grève de la faim reste encore inconnu.
Ce matin, selon l’avocate Imen Triki, la famille de Mohamed Bakhti a demandé une autopsie pour connaître les vraies causes du décès
Mise à jour 15 h :
Cinquante-six détenus, pour la plupart des islamistes, sont en grève de la faim et trois d’entre eux sont dans un état plus ou moins inquiétant, a déclaré samedi à l’AFP Fathel Saihi, chargé de mission au cabinet du ministère de la Justice.

Mise à jour 16:15 :
Le ministère de la justice vient de publier un communiqué en mentionnant que Oussema Ouni et Hassan Hammami ont mis fin à la grève de la faim. Le texte ne mentionne pas le nombre de 56 grévistes. Après l’annonce du ministère, on peut induire que 54 salafistes restent encore en état de grève. Des pourparlers ont eu lieu également aujourd’hui entre le ministère et la société civile au sujet des conditions de détention des accusés

Mise à jour 18h : Actuellement, 54 détenus sont encore en grève de la faim, 10 ont été transportés aujourd’hui dimanche 18 novembre 2012 à l’hôpital.

Mise à jour : Lundi 19 novembre 2011 :

Contrairement à la rumeur qui circule dans les médias, les islamistes détenus à la prison Mornaguia n’ont pas suspendu leur grève de la faim selon l’avocat Jilani mais sont passés de grève sauvage (ne rien manger et boire) à boire seulement de l’eau avec un morceau de sucre pour donner le temps aux autorités de précipiter le procès.

16h30 : Selon l’association Liberté et Équité, le nombre de grévistes de la faim salafistes vient d’atteindre 139 détenus.

Pour suivre tout le dossier des grévistes, vous pouvez aussi lire les articles suivants

Le 25 septembre, @nawaat a interviewé quelques membres des familles des salafistes arrêtés. Image Kais Zriba

Le 19 octobre, @nawaat a interviewé l’un des avocats des salafistes. Image Ramzi Bettaieb

Le 6 novembre, @nawaat a couvert le sit-in des salafistes devant le ministère de la Justice. Image Kais Zriba

Le 16 novembre, @nawaat couvre la conférence de presse de l’avocat des salafistes suite au décès de Golli après sa grève de la faim. Image Ramzi Bettaieb

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.