Crédit photo: tpebdmw.e-monsite.com

Par Cheikh Khalifa Mohamed Habib

Depuis les débuts des années 90 qu’on attendait la solution miracle promise par nos chercheurs en matière de dessalement de l’eau de mer par le solaire ; en effet à l’époque un centre de recherche à Zarzis, spécialisé en ce créneaux nous informait par voie de presse que ses pionniers ont pu atteindre, par chauffage direct du soleil, de l’eau saumâtre, la température de 97 ° Celsius ! Jusqu’à ce jour on attend la suite…
Entre temps les besoins du pays en eau douce ont plus que doublés et la technique a évoluée :

Etat des lieux

Besoins en eau

Par référence au seuil de vulnérabilité d’un pays par rapport à cette ressource d’eau renouvelable interne, tel que fixé par la FAO à 2 000 m3 par habitant et par an, la Tunisie, en ce mois de juillet 2012 avec une population estimée à 10 750 000, disposant chacun d’uniquement 400 m3/an , les besoins restant à couvrir se chiffrent à 17,2 Km3

La question de l’environnement

Toujours d’après la FAO, quant les ressources en eau renouvelable d’un pays sont en-deçà de 1 000 m3 le manque d’eau est alors considéré comme un grave frein au développement socioéconomique et à la protection de l’environnement.

En effet la mobilisation des 400 m3 dont-t-il s’agit a fini par bétonner les cours d’eau qui se déversaient depuis des millions d’années dans la mer. Aux titres des conséquences entrainées par la modification du biotope marin on peut citer la pollution du golfe de Tunis et les dégâts subits par les côtes à la suite des assauts effrénés de la mer à chaque tempête.

L’état de la technique

La quête effréné pour une énergie renouvelable des pays européens, et ce suite aux aléas inhérent aux disponibilités de celle issue du fossile aussi bien qu’aux risques propres de celle issue du nucléaire conjuguées aux risques de pollutions y afférent, a poussé, notamment l’Allemagne, à s’investir dans la recherche du solaire-entre autres- pour préparer sa transition énergétique. A titre d’information elle est parvenue à un parc photovoltaïque installé de 22 000 MW soit l’équivalent de 22 centrales nucléaires pour lui fournir 5 %de sa consommation électrique ! Aussi a-t-elle lancé le Projet Desertec pour glaner ses besoins dans les pays de la ceinture solaire sud méditerranée, promouvant une technique nouvelle celle des centrales à concentration thermique solaire.

En effet un km² de nos terres équipé de miroir réflecteur des rayons solaires peut produire annuellement 250 million de KWh et 60 millions de m3 d’eau dessalée !

Une technique basée sur des ingrédients simples et non polluant à savoir, l’acier, le rayonnement solaire direct et l’eau de mer pour refroidissement des centrales et dessalement !

De la coopération souhaitée

 

De prime à bord une coopération gagnant / gagnant semble la voie toute tracée de satisfaire la quête des pays des deux rives de la méditerranée : Ceux du nord pour se fournir en énergie propre et à bon compte et ceux du sud pour étancher leur soif et combler leur déficit hydrique structurel.

Tout ceci en parfaite harmonie avec un environnement très malmené par les effets néfastes de l’activité humaine : émissions des gaz à effet de serre lors du recours au charbon pour produire l’électricité (1kg de co2/kWh), effets insidieux sur le biotope marin entrainé par le bétonnage des cours d’eau qui s’y déversaient …

Mais tel n’est pas le sens constaté du mouvement qui se dessine par les pionniers des opérateurs du nord – TuNur par ex -obnubilés en cela par les reflexes d’ordre viscéral du capital qui ne se préoccupe que du court terme conformément à ses bailleurs de fonds s’arrangeant en cela de conseiller à leur vis-à-vis du sud que leur quête aquatique n’est pas d’actualité et sera pris en compte vers 2050 tandis – qu’eux commenceront à pomper l’énergie aujourd’hui !

Vous trouvez des économistes et des fonctionnaires de la rive sud, très au fait de la nécessité et de l’urgence posée par la rareté de l’élément vital qu’est l’eau pour l’économie de leur pays, aller dans leur sillage et jouant le rôle de lobbyistes invétérés en dépit de tout bon sens !

Nos représentants politiques feront-t-ils prévaloir l’intérêt supérieur de la Nation ? Personne ne le sait !
Pourrait-on compter sur notre propre intelligence locale formé dans nos universités pour nous fournir la solution au problème aquatique afin de sortir notre économie du goulot d’étranglement qui semble l’asphyxier ?

Nos divers centres de recherche attachés aux divers instituts supérieurs peuvent-t-ils contribuer à nous fournir la technique idoine afin de faire jaillir l’aquifère Thalasso-Solaire ! L’espoir est permis surtout après la Glorieuse Révolution qui nous a sorti des sentiers battus ! L e compter sur soi doit être notre maitre mot !

Le chaudron sans fond fait « Maison »

 

L’auteur de ces lignes, s’est pris de rêver, à un début de solution et qu’il livre à la vindicte des scientifiques intéressés afin d’en concevoir les moyens techniques nécessaires pour sa mise en œuvre dans les meilleurs délais !

De tels systèmes pourront être en service 3 000 h / an et être utile directement à 80% de la population du pays logée à 20 km le long de nos côtes ! En outre les eaux qui leur sont acheminées du nord du pays seront affectées à d’autres usages pour les régions en manques.

Les démentions de tel « usines » à dessalement peuvent varier selon les lieux d’implantation et la demande en amont qui leur sont affectées : de grosse marmite dans les ports à des mini-plateformes en mer !
Aucune source de pollution de la nature ne peut être associée à tel usine : il s’agit d’imiter le phénomène naturel du cycle de l’eau initié par la volonté humaine !

Sa potion salvatrice d’eau douce distillée: Un château d’eau en mer !

Il s’agit d’une tour sans fond, couverte d’entonnoir bout au ciel, à ériger en mer et sur laquelle on dirige des miroirs paraboliques réflecteurs solaires afin d’accélérer l’évaporation de l’eau de mer comme dans un chaudron !

Cette vapeur s’acheminera dans un serpentin pour rejoindre le fond de mer et continua dare-dare jusqu’au réseau d’eau douce le plus proche ou sera jeté dans la nappe souterraine-en décrépitude surtout au Cap-Bon- au fin de l’alimenter à travers le puits le plus proche au bénéfice des usagers !

Les communes concernés seront associées à la réalisation de tel projet dans sa version finale et assureront leur financement et exploitation via des sociétés dédiées à cet effet.

Sa lotion salutaire pour les stations d’épuration

V u que les capacités des stations d’épuration d’eau usées semblent être dépassées – c’est le cas du moins de celles en amont du golfe de Tunis-il y a lieu de concevoir pareil chaudron sans serpentin, à l’air libre, à joindre dans les phases de traitement afin de pulvériser -sur site- les rejets destinés à être déversées à la mer pour la polluer en mettant en danger la santé de nos concitoyens tout en les privant du plaisir de la baignade !

L’ONAS s’en chargera du financement et de la gestion de telles installations.

Conclusion

 

Vu l’importance de nos besoins en eau comme détaillé plus haut, l’enseignement technique doit intégrer la dimension solaire et marine auxquels il donne dos actuellement : Car après s’être habitué à se nourrir d’outre mer ( 6 000 Tonne de grains débarqués par jour/365j), et à boire une eau dont les normes de qualité sont non conforme à celle de l’OMS, notre Glorieuse Révolution de la dignité va nous faire subir une mue salvatrice afin de nous amener, grâce à la perspicacité de nos chercheurs au diapason de la volonté de leur Peuple , à s’éclairer, se nourrir et boire de la mer comme nous l’en a si bien intimé, dernièrement, une certaine Mini-stress qui ne croyait pas si bien le dire ! Amen.

* Cheikh Khalifa Mohamed Habib est économiste, spécialiste en macro-économie.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.