Comme beaucoup de ceux qui m’entouraient, après la révolution et surtout pendant la campagne électorale, je me suis engagé corps et âme dans l’activité politique. J’ai participé à la campagne électorale du CPR la joie au cœur, et en y mettant de ma personne, de mon temps et de mon argent. Depuis mes années d’université, le Dr Marzouki était pour moi un exemple, une voix courageusement audible brisant un silence national emprunt de peur, de lâcheté et souvent de complaisance.

La campagne électorale était emprunte d’une ambiance bon enfant propre aux novices en matière de politique et de campagnes pour tous ceux qui y ont participé et tous partis confondus. Les déclarations et les prises de position de l’unique star du CPR étaient parfaites, et la surprise que ce parti créa en s’imposant en tant que 2ème force du paysage politique avec 29 sièges dans l’assemblée constituante était là pour en témoigner.

Jusque là, les (le ?) leader(s) du CPR ont fait preuve d’un sens tactique hors du commun. Être tacticien est une bonne chose … mais être aussi stratège est encore mieux et surtout plus important. Et c’est bien là que le bas blesse. Revoyons d’abord quelques positions phares du CPR avant les résultats, et voyons ce qu’elles sont devenus une fois nos dirigeants confortablement installés dans leurs nouveaux fauteuils.

  • Le Dr Marzouki a clamé haut et fort, qu’il n’utiliserait pas le parti Ennahdha « comme paillasson » (ce sont ses termes) pour se faire une popularité pendant la campagne, comme le firent d’autres partis, et qui leur couta cher. Ce fut une très bonne décision. Mais l’électorat du CPR s’attendait à un peu plus de fermeté et à un meilleur talent de négociateur, une fois les dés jetés. Nous en avons été pour nos frais. Non seulement les postes gouvernementaux et de prise de décision concédés par Ennahdha au CPR sont ridiculement minuscules, mais en plus les prérogatives dévolues au poste de président accordé à notre cher Dr sont quasi insignifiantes. Nous avons l’impression qu’on nous a jeté un os à ronger ! Tandis qu’Ennahdha caresse son électorat dans le sens du poil, et même les franges les plus extrémistes de celui-ci, nous autres membres et sympathisants du CPR avons comme l’impression que notre parti nous a oublié. Et ce ne sont pas les quelques communiqués fades et ambigus sur Facebook qui y changeront quoique ce soit.
  • Tandis que le grand vainqueur de ces élections façonne le gouvernement à son image (et ce sont là les règles du jeu), qu’il lâche à intervalle régulier des petite bombes médiatiques encore une fois pour galvaniser ses troupes (la non condamnation de l’occupation d’une université par des salafistes, les attaques régulières contre le statut des femmes, les relations ambigües avec le Qatar qu’on ne prend même plus la peine de cacher ni de nier, le positionnement de proches parents à ses postes stratégiques et extrêmement sensibles, ect …) ; pendant ce temps, le champion des droits de l’homme, de la femme et de l’enfant nous sert un silence assourdissant. Le Dr qui fut le plus ardent défenseur de l’indépendance et de la souveraineté de la décision politique ne dit mot.
  • Le Dr Marzouki a averti l’Europe et notre bonne vielle France en particulier, avant et même après son avènement aux affaires : « les choses ont changé ! ». Comprenez par là que les relations basées sur la complaisance, les services rendus, les pots de vins, et surtout la relation de maitre à élève sont finies. Mais ne voilà-t-il pas que le Dr Marzouki investi président et drapé de son burnous – désormais emblématique- reçoit en grande pompe monsieur l’ex maire de Paris Bertrand Delanoé. Ce même ex maire de paris qui fut avec d’autres noms très connus du cirque politique français un des plus grands soutiens du régime déchu, allant jusqu’à déclarer sur France 24 quelques jours avant la fuite de Ben Ali : « on ne peut pas dire que le régime tunisien est une dictature ». Outre le fait que plusieurs personnalités Françaises devraient être déclarée personna non grata sur le sol tunisien pour leur soutient à Ben Ali, nous aurions aimé que le désormais président drapé dans sa cape ne reçoive pas en grande pompes un des symboles de la corruption et du népotisme d’outre méditérannée.
  • Par ailleurs, le spectacle donné Messieurs Abbou et Ayyedi, à quasiment s’étriper lorsque l’ambition personnelle fut exacerbée, n’est vraiment pas élogieuse pour un parti naissant.
  • Pour finir, et de part mon expérience personnelle au sein de la cellule CPR de la ville de l’Ariana et une fois l’euphorie de la bataille passée, quelques mots me viennent à l’esprit : arrivisme, incompétence, et absence totale de conscience politique.
  • Bref, tout ceci pour dire que si le CPR, et par le biais de ses multiples têtes, ne redresse pas la barre, ne s’adresse pas véritablement à son électorat et non à celui de ses partenaires, ne rassure pas ceux qui l’ont mené où il se trouve, s’il ne ce cesse de commettre erreur sur erreur, le CPR risque de n’être qu’un feu de paille dont la lueur s’éteindra aussi vite qu’elle a pu briller en octobre dernier.

    A bon entendeur.

    Inscrivez-vous

    à notre newsletter

    pour ne rien rater de nawaat.org

    Leave a Reply

    Your email address will not be published.