Wikileaks est une précieuse mine de renseignements les plus inattendus. Il y a véritablement besoin de prendre le temps et soumettre tous ces cables à une lecture minutieuse pour en saisir l’importance. Voici un exemple qui ne manque pas d’à-propos.

Dans un cable émis par l’ambassade US à Tunis en août 2006, on peut se faire une idée plus précise de la finalité des discours prônant la liberté religieuse dans les pays musulmans et prendre la mesure des véritables enjeux que constitue l’article premier de la future constitution, réaffirmant l’importance de l’identité tunisienne arabo-musulmane et sécularisée.

La liberté religieuse telle que intégrée par les Tunisiens, à 90% musulmans, signifie que les non-musulmans sont libres de pratiquer leurs rites dans leurs lieux de cultes. Cette conception de la liberté a abouti à une paix religieuse et sociale enviable et d’une valeur inestimable.

Le traité signé entre la Tunisie et le Vatican en 1967 interdit à l’église catholique tout prosélitisme. Il est aussi important de relever que l’état tunisien ne reconnaissait alors que l’église catholique. Or, voici qu’on assiste à une émergence de l’église réformée, non concernée par le traité de 1967, et qui semble très active.

En effet, les activités prosélytes se sont multipliées par l’entremise de Tunisiens convertis et le nombre de nouveaux “fidèles” augmente sans cesse, allant de la ménagère aux professions libérales en passant par les employés de l’Etat.

Jusqu’à la date de ce cable, le gouvernement tunisien de ZABA était au courant mais tant que les prosélytes étaient Tunisiens il s’était contenté de se renseigner, non pas sur les motivations spirituelles de ces derniers, mais sur les aspects organisationnels et l’identité des leaders, sans toutefois s’adresser directement aux représentants du clergé, se contentant de ne pas répondre aux demandes de régularisation adressées par les églises réformées.

Pourtant, l’église qui prospérait dans l’ombre de cette relative tolérance commençait à craindre un changement de ton si le nombre de convertis venait à “enfler”. En 2006 leur nombre se situait autour de 1’000 personnes. Combien sont-ils aujourd’hui?

Alyssa

http://wikileaks.org/cable/2006/08/06TUNIS2141.html

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.