Hier ,9 Aout, Je suis descendue à Tunis pour faire quelques courses . En sortant du parking Palmarium,je me dirige vers Avenue Habib Bourguiba, et là, juste avant d’arriver à l’angle de la rue du consulat , sur le trottoir ,et en plein soleil ,gis un handicapé physique adulte , qui visiblement ne pouvait même pas se tenir assis. Il va sans dire qu’ à côté de lui ,il y avait un petit quelque chose où les gens mettaient des pièces .

En continuant mon chemin ,plus loin, à la rue de Rome, juste après la recette des impôts, j’étais très surprise de voir un deuxième handicapé ,en tout point semblable au premier, et incapable de se tenir ne serait-ce qu’en position assise , allongé à même le sol.

Une fois ma course finie , au bout de la rue, je reviens sur mes pas 5 mn plus tard, et là ,sur le trottoir opposé , juste avant la station métro, un troisième handicapé, identique aux deux premiers ,est allongé par terre sur le sol brûlant , le regard désespéré.

Qu’est-ce qui se passe ? Je ne comprenais pas. Est-ce que c’est une coïncidence que chaque famille ait décidé d’amener son handicapé faire l’aumône en plein soleil ? Ou est-ce un réseau ? Car rien ne prouve qu’il n y en ait pas d’autres dans d’autres rues.

Et si c’est un réseau , ce qui est plus vraisemblable , comment ont-ils pu avoir autant d’handicapés à la fois ? Cela semble impossible à moins de travailler , ou d’avoir accès à une structure qui accueille des handicapés ; il serait alors facile de prétexter une sortie par exemple , et de pouvoir disposer de ces pauvres malades , pour la journée .

Je ne sais pas si j’ai raison ou tort de faire toutes ces suppositions , mais les faits sont là : ces handicapés n’ont absolument pas pu venir tout seuls, et si j’ai raison, c’est trop grave .

Que faut-il faire ? Qui alerter ?

Fairouz Boudali

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.