Par Anis Najar,

Celui qui contrôle l’information détient le pouvoir

Depuis plusieurs années, des philosophes ont étudié la relation qui existe entre l’information et le pouvoir et tous ont conclu qu’il existe une certaine forme de dépendance entre le contrôle de l’information et l’exercice du pouvoir politique dans la société. De ce point de vue, on pourrait dire que d’une certaine manière, en faisant abstraction des autres facteurs socio-économiques, les relations de pouvoir entre les individus sont totalement déterminées par leurs relations en termes d’échange d’information qu’on peut modéliser sous forme de schéma informationnel de la même manière qu’on peut modéliser les rapports de forces selon un schéma de pouvoir. Il est alors évident que tout changement au niveau du schéma informationnel de la société engendre forcément un changement dans le schéma de pouvoir. Dans ce qui suit, j’aimerais approfondir cet aspect à la lumière des évènements qui sont survenu dans les pays arabes, et spécialement la révolution populaire tunisienne qui n’est à mon sens qu’une conséquence logique d’une révolution antérieure qui est celle de la Société de l’Information.

Dans son livre “surveiller et punir”, Michel Foucault décrit les mécanismes de surveillance mis en place dans les différentes sociétés permettant à l’état d’exercer un pouvoir sur la population selon un schéma hiérarchique et vertical. C’est à dire que l’état (ou le despote), du haut de sa hiérarchie, a le contrôle total de la population, à travers aussi bien les outils de diffusion de l’information qui sont les médias, l’éducation etc., que la collecte de l’information via le renseignement. Il va sans dire qu’en Tunisie, la surveillance est ce qui a constitué depuis des années la stratégie dominante du régime totalitaire qui lui a permis de pénétrer toutes les sphères politiques et sociales du pays allant même jusqu’à la sphère familiale.

Révolution informationnelle

A partir des années 2000, le développement des technologies de l’information et spécialement l’avènement des réseaux sociaux a provoqué un changement radical au niveau du schéma informationnel de la société tunisienne, qui a progressivement épousé la structure de la toile c’est à dire la forme d’un réseau. C’est à partir de là que l’état a perdu son emprise sur la circulation de l’information et ce malgré tous les efforts accomplis pour la maintenir. Cette nouvelle organisation a joué un rôle décisif lors de la révolution. Par soucis de concision, je me garderai de citer des exemples qu’on peut facilement retrouver ailleurs; tout le monde a pu saisir l’importance qu’ont eue les technologies de l’information et les réseaux sociaux dans la révolution.

Les facteurs qui ont fait la force de cette nouvelle organisation sont multiples, mais je me contenterai d’en citer que les deux principales.

Le premier facteur réside dans l’une des propriétés des réseaux sociaux que l’on appelle “l’effet petit monde” et qui se manifeste sous deux aspects:

  • le premier aspect est que la structure de réseau est très résistante face aux différentes formes d’attaque, notamment la censure. Si dans le schéma hiérarchique, il est possible de “casser” ou de bloquer un partie de la hiérarchie simplement en ciblant un seul nœud, la propriété de connexité [1] des réseaux sociaux rendent ce genre de pratique totalement inefficace. En effet, il est reste toujours possible d’introduire l’information par un endroit ou un autre et de lui frayer un chemin pour la faire circuler dans tout le réseau.
  • le deuxième aspect réside dans la rapidité de transmission de l’information dans les réseaux sociaux que nous développerons un peu plus loin dans l’exposé et qui est due entre autres aussi à la connexité.
    Le deuxième point qui fait la force des réseaux sociaux est incontestablement l’anonymat. En effet, à partir du moment où il s’agit de surveiller des “entités” anonymes, la notion même de surveillance perd tout son sens.

A partir de là, on peut dire qu’il est totalement aberrant de parler de censure dans ce genre de configuration. Cela a constitué une immense erreur d’appréciation de la part du gouvernement, car en croyant avoir le contrôle de la toile par la censure, il avait laissé le terrain libre devant les jeunes pour organiser leur révolution. Cela leur a été certes fortement défavorable, mais pas pour longtemps.

Contre-révolution : la liberté en cheval de Troie

S’apercevant de l’échec de ses pratiques pour contrôler l’information, le gouvernement a tout de suite compris l’enjeu que constituaient les réseaux sociaux et peu de temps avant la fuite du dictateur, ils ont décidé de lever la censure. A ce moment-là plusieurs étaient ceux qui ont acclamé cette décision et se sont empressé de crier victoire, ne s’apercevant pas que cette initiative n’était en réalité ni plus ni moins qu’un cadeau empoisonné.

Face à l’échec des médias conventionnels à diffuser leur propagande et l’inefficacité de la censure, les autorités ont compris qu’il était plus facile de contrôler l’information en en la fabriquant plutôt qu’en la censurant. Ceci a constitué un changement de tactique qui leur a permis de mener une contre-révolution dans un deuxième temps, en utilisant cette fois une stratégie plus adaptée à la nouvelle configuration informationnelle que ne l’est la censure, c’est à dire l’intox. Cela consiste à infiltrer le réseau et de l’inonder de rumeurs afin d’y semer la confusion en noyant les vraies informations dans les fausses de telle sorte que les gens ne sachent plus discerner entre les deux.

Dans cette nouvelle configuration, les réseaux sociaux jouent un rôle de catalyseur et leur efficacité provient de simples principes statistiques. Au moment où on introduit une information dans un réseau, qu’elle soit vraie ou fausse, il existe toujours une proportion de gens qui vont l’accepter automatiquement dans un premier temps et la propager.

Ensuite, la proportion de gens qui vont accepter cette information va augmenter au fur et à mesure par effet d’influence ou de “contamination”. De plus, plus une information est relayée par les gens plus elle acquiert une crédibilité qui n’est pas forcément liée à sa vraisemblance en tant qu’information; nous aurions tendance à dire : si tous mes amis pensent que c’est vrai, il est alors très probable qu’elle le soit. Et plus on introduit d’informations (article, vidéo etc.) véhiculant la même idée, plus on a de chance que cette idée soit acceptée.

De cette manière, les autorités ont été capables de paralyser le réseau et de manipuler l’opinion publique en mettant en scène des actes de vandalisme ou les fausses arrestations ayant pour but de discréditer les révolutionnaires. On peut donc dire que dans un premier temps les réseaux sociaux ont constitué le principal atout des révolutionnaires mais que dans un deuxième temps, cet outil a été retourné contre eux pour devenir leur point faible.

Conclusion

Ce qu’on peut retenir de tout cela est que la liberté d’échange de l’information est une condition nécessaire à l’instauration de la démocratie, que la révolution populaire est une conséquence naturelle et logique de la révolution informationnelle et que le débat autour de la censure n’est plus approprié à partir du moment où cette pratique est totalement inefficace et que le véritable danger auquel nous devons faire face dorénavant n’est plus la censure mais la désinformation.

[1] la connexité d’un réseau ou d’un graphe est une propriété décrivant à quel point les nœuds sont liés les uns aux autres.

Anis Najar, spécialiste en Intelligence Artificielle et dans l’analyse des réseaux sociaux.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.