Par Slim Fgaier,

Si vous avez visité Sfax ou Kerkennah pendant cet été, vous aurez sans doute remarqué que la région s’est transformée en une poubelle géante sans qu’aucun responsable ni autorité ne s’en préoccupe ! 

La ville de Sfax accueille l’un des premiers ports phosphatiers du 
monde, avec toutes les dégradations conséquentes sur l’environnement.


Comme toutes les autres anciennes médinas des pays arabo-musulmans, la 
ville avait, dans le temps, un certain équilibre écologique sur le plan 
urbain. Mais, malheureusement la poussée démographique galopante et 
l’installation d’industries diverses à l’intérieur de la ville, le développement des réseaux de communication (routes, voies ferrées, 
ports etc.), ont gravement perturbé cette équilibre.

C’est ainsi que 
les unités de traitement de phosphate (la NPK et la SIAPE) ont 
fortement contribué à la dégradation de l’environnement. La zone située au sud des ports, fait l’objet de rejets des eaux traitées par la station d’épuration de 
l’ONAS, et des rejets de la SIAPE, constitués de phosphagypse, 
reliquat de la fabrication des engrais et de l’acide phosphorique par 
utilisation des phosphates. Les deux usines de traitement de 
phosphate précitées, par le biais de leurs ateliers de production 
d’acide sulfurique, d’acide phosphorique et de superphosphate, 
entraînent une dégradation sensible de l’environnement.

Cela sans parler des 
tonnes d’ordures qui existent dans les rues de Sfax. Des ordures partout, et c’est horrible. Quand on s’assoit en face de la rue et on regarde, il n’y a que des ordures, des mouches et des odeurs répugnantes tout autour !

A 17km du littéral Sfaxien se situent les Îles Kerkennah, où 
ont peut remarquer le même spectacle honteux. Auparavant, les îles 
étaient connues pour être un endroit paradisiaque, et pour la bonne qualité du poisson qu’on y pêchait. Aujourd’hui, l’état de l’environnement des Îles 
est devenu désolant. Presque tout le littoral des Îles est pollué! Les déchets divers, des 
bouteilles en plastique, des canettes de bière, couches pour bébés, 
gravats , de pans entiers de béton, du carrelage…etc.

La municipalité 
n’est plus en mesure de gérer la quantité de déchets générés par les 
vacanciers qui affluent vers l’île par milliers. Il parait qu’il n’existe aucun plan municipal pour gérer les déchets autre que de les déverser dans les petites sebkhas de l’île. A Kerkennah, les plages ainsi que les sebkhas sont parties en ruines… les habitants se 
plaignent constamment à la municipalité que leurs rues sont sales et 
que leurs poubelles pourries attendent d’être vidées. La municipalité est au banc des absents.

Atrocement enlaidie par la pollution, cette île qu’on comparait à un paradis auparavant, est entrain de se détruire inexorablement à cause des pollueurs irresponsables et de l’absence d’action des autorités. La croissance économique de cette région du pays est faite au détriment de l’environnement et la qualité de la vie. L’environnement vital des gens est devenu malsain et répugnant. Les taux de cancer sont alarmants. La visite de cette région pendant l’été 2010 attriste les visiteurs et les persuadent de ne plus jamais y 
remettre les pieds.

Slim Fgaier

*Plus de Photo sur Facebook

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.