Larissa Sansour, extrait de la vidéo A Space Exodus, 2005. Site de l'IMA

Rompant enfin avec cette idée fausse et toute faite selon laquelle les Arabes ne pratiquent guère les arts plastiques, le monde de l’art semble découvrir, depuis deux ou trois ans, que les créateurs arabes comptent en leurs rangs quelques très grands artistes et de nombreux peintres, sculpteurs, photographes, vidéastes et autres auteurs d’installations, de grand talent.

A l’occasion de deux importantes ventes aux enchères spécialement consacrées à leurs œuvres – organisées à Dubaï, en 2007 puis en 2008, par la célèbre maison Christie’s –, les prix des toiles de plusieurs peintres arabes contemporains ont ainsi atteint des centaines de milliers, voire des millions de dollars, rivalisant de ce fait avec ceux des grands maîtres indiens, chinois, européens ou américains. Cette année, le plus grand collectionneur de la planète, Georges Saatchi, propriétaire de la plus vaste galerie d’art moderne au monde, a présenté à Londres, une remarquable exposition de jeunes artistes moyen-orientaux, New Art from the Middle East. Et, pour sa 53ème édition, la Biennale d’art contemporain de Venise, accueille, pour la première fois en 2009, un pavillon palestinien…

Jamais pourtant, au cours de la longue histoire du monde arabe – et particulièrement du Moyen-Orient –, les arts plastiques n’ont cessé d’être exercés non plus qu’appréciés. Pendant des siècles, et jusqu’à nos jours, des écoles exigeantes autant que prestigieuses ont formé et forment encore d’illustres calligraphes et enlumineurs. Des miniaturistes ont créé des chefs-d’œuvre. L’art de l’icône y a atteint des sommets – ainsi que le montrait, à l’IMA, l’exposition Icônes arabes du Levant (2003). Et, dès le début du vingtième siècle, Le Caire d’abord, les autres capitales et grandes villes du monde arabe ensuite, se sont dotées de facultés des Beaux-arts…

Depuis plus de vingt ans qu’il a ouvert ses portes, l’Institut du monde arabe, s’est employé, année après année, à présenter la création contemporaine arabe dans le domaine des arts plastiques, au travers de plusieurs dizaines d’expositions, monographiques, thématiques, rétrospectives… C’est ce qu’il fait une nouvelle fois aujourd’hui, en donnant à voir à son public les travaux récents d’artistes palestiniens.

L’IMA, ce faisant, s’associe, d’une part, au choix de la Ligue des Etats arabes de faire de Jérusalem la capitale de la culture arabe en 2009, et d’autre part, inscrit cette exposition dans le prolongement de celle, Artistes palestiniens contemporains, qu’il a présentée en 1997, dans le cadre, plus vaste, d’un Printemps palestinien qui dressait, cette année-là, en France, un ambitieux panorama de la culture et des arts palestiniens. L’Institut du monde arabe reprend-là le fil d’une quête qui est celle-là même de la plupart des créateurs dont les œuvres sont ici rassemblées – artistes locaux, de Palestine, ou issus de la diaspora – et qui consiste à tenter d’identifier, à travers le prisme d’une situation historique complexe et à l’aune d’un terrible destin, les éléments épars d’une esthétique palestinienne.

« Pendant cinq siècles, les mythes, les sites imaginaires et l’histoire religieuse de la Palestine ont été une importante source d’inspiration pour la tradition picturale d’Europe », écrivait le peintre Kamal Boullata, également critique d’art, au début du catalogue de l’exposition de 1997. À la généreuse profusion de cette influence profonde et à ses cheminements innombrables, feraient écho aujourd’hui, par-delà les époques et les lieux, les tentatives et les expérimentations multiples d’un art contemporain palestinien qui s’est forgé dans l’exil et le déplacement.

L’exposition d’aujourd’hui diffère de celle d’hier en cela surtout qu’elle met en scène la différence des sexes, des générations, des techniques qui sont ceux des créateurs contemporains palestiniens. Ainsi, l’importante présence des femmes-artistes (Jumana Abboud, Rana Bishara, Rula Halawani, Mona Hatoum, Sandi Hilal, Noel Jabbour, Raeda Saadeh) atteste, bien évidemment, d’une évolution profonde des mentalités et de la société ; en intériorisant les violences de la guerre, en illustrant les conflits par des témoignages plus distanciés et plus mélancoliques, leurs œuvres paraissent souvent donner accès à l’autre côté du miroir, à cet ailleurs où se résolvent, presque naturellement, les plus cruels paradoxes.

Les œuvres des « grands anciens » (Kamal Boullata, Samia Halaby, Suha Shoman), exposées dans la proximité de travaux plus récents (Fawzy Emrany, Mohammed Al-Hawajri, Steve Sabella, Hany Zurob), permettront de dégager des perspectives qui, de convergences en divergences, donneront à lire la diversité, l’effervescence de l’art palestinien. Mais c’est peut-être dans la multiplicité et la mixité des techniques que se verra le mieux la recherche constante des créateurs de Palestine, comme si tous les médias, tous les possibles se devaient d’être convoqués pour dire un monde dont les repères, dont les frontières, dont la réalité échappent chaque jour un peu plus à ceux qui veulent les dire et les cerner. En témoignera notamment la maîtrise de plusieurs artistes-vidéastes travaillant sur la notion de la trace (Emily Jacir), du déplacement (Taysir Batniji, Larissa Sansour, Sherif Waked) ou de la mémoire (Khalil Rabah), comme autant de marques indélébiles infligées par l’usurpation suprême.

M. Kh.

Du mardi au vendredi de 10h à 18h, les week-ends et jours fériés de 10h à 19h
La Médina de l’IMA, entrée par le Parvis

Source : Site internet de l’IMA

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.