Source : ElWatan.comLes militants et journalistes s’inquiètent déjà du futur immédiat pour les médias avec les échéances tunisiennes de 2009, élections législatives et présidentielle devant reconduire l’actuel président et l’actuelle majorité parlementaire, sans surprise aucune.

Beyrouth. De notre envoyé spécial

Parlez, on s’écoute tous. C’est à l’initiative du quotidien libanais Al-Nahar et de la WAN (World Association of Newspapers, Association mondiale des journaux) que 160 éditeurs, journalistes et défenseurs de la liberté d’expression se sont réunis, les 12 et 13 décembre, pour le 3e Forum de la presse arabe indépendante pour débattre de la question sensible des médias dans cette région et son corollaire évident, les droits fondamentaux de l’homme, comme celui d’être informé et de pouvoir informer, à l’heure où les nouvelles du monde font le tour de la planète en boucle et à la vitesse de la lumière.

Quelques jours après la date anniversaire de la proclamation de la déclaration universelle des droits de l’homme, journée passée presque inaperçue, ce forum aura permis d’analyser les avancées et les reculs du monde arabe en matière d’expression et de mesurer les différentes approches gouvernementales pour limiter l’opinion et la parole, sujets encore tabous dans la région, au même titre que la politique, le sexe ou la religion. Si « le nouveau visage du blogging arabe », thème à la mode mais qui n’en cache pas moins une véritable tendance de contournement citoyen, a été retenu comme axe de discussion et largement abordé à travers les interventions de jeunes bloggeuses soudanaises et égyptiennes, frais bloggeurs syriens ou saoudiens, l’occasion a été donnée d’une manière générale à chaque délégation de faire partager la situation de l’expression dans son pays. Relevant différences et points communs avec des nuances qui s’étalent de la Mauritanie au Bahrein, permettant de relativiser chaque expérience, l’algérienne y compris, autrefois l’une des plus libres et aujourd’hui l’une des moins libres, par ce phénomène très connu des conducteurs de train, qui explique que celui qui n’avance pas recule. C’est probablement pour cette raison que cette réunion des médias indépendants arabes s’est tenue à Beyrouth, belle terre de libre expression et de longue date, en hommage à l’ancien directeur d’Al Nahar, Gebran Tueni, tué dans un attentat à la bombe en décembre 2005. C’est peut-être paradoxal, mais Beyrouth, la si vivante, se reconstruit à une vitesse telle que les traces d’affrontement s’effacent aussi vite qu’une mauvaise nouvelle.

Du vrai direct

C’est autour du thème « les tactiques gouvernementales qui entravent la presse arabe indépendante » que l’assistance a pu sortir des débats théoriques pour entrer dans le vif du sujet, à travers une démonstration en direct et non programmée par les organisateurs, des méthodes en vigueur du régime tunisien. La délégation tunisienne, regroupée autour de militantes de longue date, Sihem Bensedrine, Naziha Rjiba, rédactrices entre autres du magazine en ligne Kalima et de Lotif Hajji, journaliste et défenseur de la liberté d’expression, a dû faire face à l’irruption d’individus hurlant, agissant pour le compte des services de renseignements de leur pays, envoyés sur place à ce titre pour noyauter les interventions des journalistes tunisiens et détourner les débats en provoquant des disputes dans la salle. En dehors des accusations classiques à l’encontre des militants tunisiens de travailler pour des organisations étrangères, d’utiliser les droits de l’homme comme fonds de commerce et pour les femmes, d’être traitées dans les journaux tunisiens officiels de prostituées, le régime tunisien continue d’étonner par ses méthodes. D’abord par une grossièreté sans limites, où pendant le forum les Tunisiens des moukhabarate ont été insultants, traitant tout le monde d’oiseaux (« ferkhs »), y compris les jeunes bloggeurs du monde arabe qui n’avaient rien à voir avec la Tunisie mais aussi par toute une série d’opérations bien menées. D’abord à la base, l’interdiction pour certains membres invités à Beyrouth de quitter la Tunisie. Ensuite, par une opération d’intox qui a consisté à « retourner » un jeune journaliste du magazine Kalima pour lui faire dire sans preuves que Sihem Bensedrine et Naziha Rjiba sont des voleuses qui engrangent des milliards ; accusation qui a même réussi à atterrir sur la dépêche d’une agence américaine de presse qui est tombée dans le piège.

Enfin, dernière opération, qui a consisté à faire passer dans un tout petit journal libanais, le matin même de la conférence, l’extrait de la dépêche citée, exhibée par les agents des moukhabarate devant les autres délégations arabes. Si l’on ajoute les insultes par SMS, les pannes et accidents de voitures, les écoutes, les filatures et les agressions physiques, c’est toute une panoplie démesurée qui est déployée à grands renforts financiers et humains par le régime tunisien pour contrer un petit groupe de militantes et militants, par ailleurs continuellement harcelés dans leur pays pour parler de ce que tout le monde sait, à savoir l’inquiétante absence de dialogue et d’expression en Tunisie. A ce titre, les militants et journalistes s’inquiètent déjà du futur immédiat avec les échéances tunisiennes de 2009, élections législatives et présidentielles devant reconduire l’actuel président et l’actuelle majorité parlementaire, sans surprise aucune. Une situation qui prête à l’étouffement de toutes les voix discordantes et qui en rappelle une autre à Alger, avec la même échéance présidentielle et la même pression sur les rares médias indépendants algériens. La question reste pertinente, une telle réunion de journalistes du monde arabe aurait-elle pu se tenir actuellement à Alger dans cette ambiance générale de pensée unique, diffusée dans une information unique à travers une voix unique et où le seul élément de diversité est le nombre de mandats ? Non, sous toutes réserves.

Chawki Amari

Source : ElWatan.com


Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.