Ce qui se passe depuis quelques semaines à la Banque de Tunisie (BT) est de l’ordre de l’inimaginable ! Ça frise la caricature et met à nu un système économique et financier corrompu, pourri et gangrené par une mafia au pouvoir qui ne recule devant rien pour s’accaparer toutes les richesses du pays sans vergogne ni aucune règle d’éthique !

Rappelons les faits d’abord : Le Conseil d’administration de la BT décide au début de l’année 2008 une augmentation de capital (de presque 100%) qui consolide et couronne la bonne marche de la banque la plus ancienne et la plus prospère de la Tunisie. L ’annonce est faite officiellement. Un communiqué du Conseil des marchés financiers (CMF), le gendarme de la Bourse tunisienne, est rendu public et le cours de l’action prend son envol grâce à cette bonne nouvelle ! Quelques semaines plus tard, le PDG emblématique de la BT , M. Faouzi Belkahia, est débarqué, officiellement pour des raisons de santé, et l’incompétente Mme Alya Abdallah (deuxième épouse du machiavélique Abdelaweb Abdallah Ministre des affaires étrangères et proche serviteur de la famille Trabelsi) est « parachuté » à la tête de la BT !

Mme Abdallah, et pour inaugurer son nouveau règne comme il se doit et annoncer la couleur, prend deux premières décisions spectaculaires qui confirment vraiment les vraies intentions de cette ancienne secrétaire de direction de la STB ! Première décision : annuler tout simplement l’augmentation de capital annoncée, au nez et à la barbe du CMF et de l’ensemble des opérateurs de la Bourse de Tunis ! Deuxième décision non moins spectaculaire : Virer trois administrateurs des plus compétents et des plus « neutres », et les remplacer par trois affairistes aux intentions bien connues [1] !
Et parmi ces nouveaux trois administrateurs, il n’y a d’autre que l’incontournable Capo dei Capi, le parrain des parrains, le Toto Riina de la mafia Tunisienne, le « manager de l’année », M. Belhassen Trabelsi en personne !
Sans que ça soit soumis à l’Assemblée Générale de la BT , sans consulter les actionnaires majoritaires, sans aucune concertation, Alya Abdallah « compose » son Conseil d’administration suivant ses propres intérêts et l’intérêt de la famille « régnante », et par la même occasion, elle envoi « balader » le CMF, la Bourse, les actionnaires, les salariés et toutes les parties prenantes de la BT !

La suite on la connaît : Belhassen Trabelsi met la main sur les ressources de la Banque la plus « propre » et la plus solide du pays, vire les contestataires avec l’aide de son PDG et s’accapare tous les pouvoirs pour servir ses intérêts, continuer à puiser dans les richesses du pays et au passage poursuivre « quelques » transferts à l’étranger pour bien garnir ses comptes déjà bien garnis et assurer ses arrières en toute impunité!

Sinon, et à part ça, « l’espace des libertés progresse en Tunisie » et de l’avis de toutes les institutions les plus vénérables et les plus crédibles de la planète, la Tunisie demeure « un exemple de bonne gouvernance » et se caractérise par une « gestion saine » de ses institutions financières !!
Sale temps que nous vivons en ce moment !

[1] BT – Vers l’entrée de Belhassen Trabelsi, Lotfi Hamrouni et Ali Bakir au conseil d’administration ; Vers la confirmation de l’annulation de l’augmentation du capital.
13/05/2008

Nous apprenons que le conseil d’administration de la Banque de Tunisie réuni le vendredi 9 mai 2008 compterait soumettre à la prochaine assemblée générale de la banque la cooptation de Madame Alya Abdallah et de Messieurs Belhassen Trabelsi, Lotfi Hamrouni (groupe Hamrouni) et Ali Bakir (groupe SFBT)en tant que nouveaux administrateurs de la BT.
Ils remplaceraient ainsi Messieurs Faouzi Belkahia (ancien DG de la banque), Abderazzak Rassaa, Ilyés Joui ni et Tijani Chelli.
Par ailleurs, le conseil aurait confirmé l’annulation de l’augmentation du capital de la BT annoncée le 28 mars 2008 et annulée le 2 avril 2008.
A la bourse de Tunis, le titre BT a enchaîné une deuxième réservation à la baisse depuis le début de cette semaine.

© Copyright Tustex.

[NDLR : Lire aussi]

Main Basse sur la banque de Tunisie

par Mokhtar Yahyaoui – Vendredi 18 Avril 2008

La famille Mabrouk va-t-elle mettre la main en fin sur la banque de Tunisie ? C’est la question secrète que se posaient tous les milieux financiers en Tunisie depuis longtemps sans que personne n’ose la formuler directement. Les derniers rebondissement que vient de connaître cette banque ne laisse plus de doute sur l’évolution irrésistible de la situation vers cette fin.

La banque de Tunisie est la première banque qui a vue le jour dans notre pays. Cela remonte à la fin du 19ème siècle (1884) juste après l’établissement du protectorat. C’est une banque privée dont le capital est détenu en grande majorité par des hommes d’affaires Tunisiens et dans lequel l’état tunisien ne possède aucun intérêt. Troisième particularité, et non des moindre, c’est aussi la banque qui réalise les meilleurs résultats d’exploitation parmi les banques exerçant en Tunisie. Ainsi grâce à une tradition, une rigueur de gestion et une politique de discrétion cette banque a pu se maintenir et s’affirmer au point de constituer cet appât aux appétits gourmands dont ses propriétaires eux mêmes été conscients.

La menace qui se profilait dans le parcours sans faute jusqu’à présent de cette banque n’été pas une simple potentialité mais bien précise que personne ne l’ignorait. La famille Mabrouk qui constitue aujourd’hui l’un des plus important groupe financier dans le pays si non le plus grand après l’ascension fulgurant réalisé au cours des 20 dernières années et dont les liens direct avec le pouvoirs sont connus puisque l’un des frères n’est autre que le gendre du président Ben Ali n’a jamais caché ses visés de prendre en main cette banque dont elle est actionnaire et qu’un oncle des actuels frères Mabrouk dirigeait avant sont président sortant il y a juste 17 ans.

Ainsi pour échapper à la menace d’une prise de position prépondérante au détriment des autres actionnaires à l’occasion de l’augmentation de capital décidé par le conseil d’administration, une majorité d’actionnaires a conclus un pacte stipulant le respect de l’équilibre actuel de répartition des parts et proposant l’assemblé génerale lors de sa prochaine réunion de recourir aux réserves propres de la banque pour augmenter son capital de 150 à 300 millions de dinars. Cette décision a été formulée dans un communiqué officiel publié par la banque et communiqué au CMF, autorité financière de droit qui n’a soulevé aucune objection. Cette disposition à été prise en prévision du départ forcé du Président directeur exécutif de la banque atteint d’une sclérose en plaque mais qui ne justifie en rien la façon avec laquelle ce départ à été précipité après car son remplacement est aussi du ressort de la même instance de la banque.

Ces décisions ont étés très favorablement accueillis par le marché financier. Le premier impact s’est manifesté par la forte augmentation de valeur des actions de la BT en bourse. Une augmentation de plus de 30% en une seule séance faisant passer l’action de 80 à plus de 120 dinar et qui été destiné à s’accroître encore vu qu’une action représentera deux en quelques jours après l’augmentation du capital annoncée.

Mais la surprise ne s’est pas fait attendre, le 02 avril, par un communiqué lapidaire, attribué au même conseil d’administration, on annonçait que «le contenu du communiqué du Conseil d’Administration de la Banque de Tunisie paru dans le bulletin officiel du Conseil du Marché Financier et celui de la Bourse des Valeurs Mobilières de Tunis du 28 mars, 2008 est annulé » laissant ainsi le marché financier plongé dans l’effroi. Ce n’été ni dans le style de la banque ni dans sont intérêt de prendre une telle décision. Une décision, qui en plus constitue une enfreinte à la loi exposant la banque automatiquement dans des conditions normale à des poursuites pour délit d’initié si non d’escroquerie pour avoir tromper les investisseurs par des décisions contradictoires ayant influées sur la valeur de ses actions. En fait les actions de la BT ont enregistrés une forte chute immédiatement après leur remise en négociation en bource après le second communiqué.

La suite tout le monde la connaît Mme Alya Abdallah épouse de l’actuel ministre des affaire étrangère est nommé le 4 Avril Présidente Directrice Générale de la Banque de Tunisie avec l’intégralité des pouvoirs qui étaient conférés à son prédécesseur à partir du le lundi 7 avril 2008. Une information que tout le monde savait déjà depuis le premier avril après avoir été rendu publique par le journal à large diffusion Essabah. Cela n’été pas un poisson d’avril, la Tunisie est encore au seuil d’une république bananière par son système Bancaire.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.