Sahha tlm,

les tunisiens et le facteur mono consiste presque d'une histoire d'amour. D'ailleurs si bourguiba laa tarhamlou 3dhaam a réussi quelque chose, ça serait à mon avis en premier lieu l'injection de l'ésprit monoiste chez les tunisiens, faute de sa monotes…que Dieu me pardonne. En tout cas c'est la monotonie par exélence qui détérmine notre mode de vie ; commençant par les tendances monopolistes sur le plan politique ; catégorie :

Article 1 : Moi j'ai toujours raison.
Article 2 : Si s'avère qu'on a des doutes, prière de reconsulter Article 1.

soi se qu'on désigne par deadlock, un chemin sans issue, passant par l'influence d'un tel état d'âme sur l'opinion publique délivrée ainsi sans protéction à un viol mental permanent de monologues propagandistes de lavage d'ésprit rien que pour finir par transformer le tunisien en un vrac égocentrique qui vit dans un contexte Boolean à 2 valeurs : ou tu es inconditionellement avec moi sinon tu es contre ; ou comme Adel Imam disait : yabyadh yaswad…

Le monde est heureusement multicolore et sa beauté réside d'ailleurs dans sa multitiude et ses différences doivent être considérées comme des resources naturelles, de la matière première. Nous sommes de nature tous différents l'un de l'autre, même les quasi-mutation cloniques et inutile vous casser d'avantage les patates par ce discours réthorique.

Tout le monde parle et on ne va pas cesser de tenir le bec ouvert surtout lorsqu'on a pas un environnement capable de nous servir comme une plate-forme pour appliquer le contenu de nos paroles sans substances encore. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je reproche à notre élite un défaut considérable de vision. En effet un gouvernement en exil est à mon avis un contexte prédéstiné à inviter tous les protagonistes sur scène pour permettre à chacun de jouer son rôle.

Tout le monde parle de la démocratie, l'un d'une démocratie à la viande, l'un d'une aux poulets, l'un aux poissons tantdisque d'autres, comme votre serviteur zokrom bokrom, ne comprennent de toute cette chakchouka qu'une gare de stations ! Vous prônez la démocratie, eh ben montrez-nous ce que vous êtes capables de faire. Construisez une coulisse, commencez à remplir votre tâche et faites vos jeux…

Non on ne va pas vous laisser seul, tout au contraire. Le contexte d'un gouvernement en exil doit laisser les portes ouvertes pour servir à tout le monde comme laboratoire de travaux pratiques pour au moins construire un prototype de ce qu'on appelle démocratie mais à la tunisienne, une simulation si vous voulez de ce qu'on compte atteindre et installer en Tunisie.

Vous me dites mais on ne va pas tarder à remplir des sacs d'engueulades, des coups de point et cie… Bon c'est le prix de cette aventure quoi, il n'y a rien de gratuit. Pire encore si c'est ça vos soucils que dire alors des pauvres victimes brabbi qui ont tout sacrifier pour finir par crever. Si c'est tout ce qu'on craint confronter, dans ce cas il vaut mieux changer de but et chercher quelque chose de plus confortable.

Et pour términer je me permets l'insolence de donner une leçon à tous les tunisiens pour leur rappeler qu'un simple citoyen qui n'hésite pas à s'éclater et éxprimer sa sincérité est largement plus précieux qu'un pseudo-intellectuell à peine capable de t'offrir un sourire vilain plein de méchanceté et d'hypocrisie. Il faut apprendre à accepter les gens tels qu'ils sont, même la simplicité a sa propre beauté et sa finesse, sauf qu'on est assez aveugle pour parvenir l'admirer ; à méditer…

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.