Some people within indymedia have started organizing for the World Summit on Information Society 2005, which will take place in Tunis. Below you find the first call. For more information check

http://plentyfact.net/05fs/index.php/Wisis2005/StartPage

http://docs.indymedia.org/view/Global/WSISII

If you want to help us, sign up to :
tunis at lists.riseup.net

The next World Summit on the Information Society will be held in Tunis, Tunisia. The organizers want to concentrate on governmental and corporate use of information and communication technologies. This approach fits the choice of place.

Tunisia is not only a much praised ally of the West, it is even seen as a so called Western model in the otherwise backward Arab world. Why ? Because Tunisia has radically privatized and has managed to stimulate its economy with the opening of low wage textile and spare part factories, also called sweat shops, which export their goods to Europe and the US. However, at the same time the president Ben Ali runs a merciless dictatorship silencing any dissent.

Thus, the choice of place for a summit on information society is more than hypocritical. While Tunisia is catching up economically with the capitalist North, it is far from any information society if you are talking about the freedom to information.

Yet, the summit does not only give legitimacy to a repressive regime, its focus also ignores the social and technological situation in the region.

The majority of people in this part of the world do not have access to internet. If they do through internet cafes or in universities, they often lack the technological knowledge to appropriate the world of the World Wide Web for their own needs as people in the North have done. And e-commerce is certainly the last thing they need.

A closer look at what governmental use of Information Communication Technologies means and what therefore may be discussed in Tunis, shows that this is not just about ministries designing user friendly website for citizens. It also means getting more control of technologies, thus also allowing more censorship and persecution of activists. It is currently being debated whether internet governance should stay with (business-dominated) ICANN (Internet Corporation For Assigned Names and Numbers) or move to (state-dominated) ITU (International Telecommunication Union). A country like Tunisia would certainly welcome such a shift. But the topic is relevant anywhere in the world, as governments are trying to cut civil liberties everywhere in the name of the so called war on terror.

In a counter summit we want to address these issues together with civil society organizations, media and human rights activists from the region. Some ideas for further discussions, actions and practical workshop at the Counter Summit :

1. Censorship

In the whole of the Arab World and much of Africa freedom of expression does not exist. Most countries have state censors who decide what is fit to read or watch for the people, all these countries regulate media through the issuing of licenses which are hard to get. In the frame of the WSIS we want to call for the abolishing of all types of censorship.

2. Repression of media activists

More and more people have discovered the internet to express themselves and to organize opposition in countries where both is punished with jail. While at first the regimes seemed unaware of this activism, they have now started to hit back. Many media activists were arrested and face prison terms, an example is the gay community in Egypt. Also in Tunisia and Syria internet activists are being persecuted. The Summit could be a great opportunity to spread information about these conditions and call for solidarity.

3. Creating access.

To some extend the internet can be a tool to go around restrictive censorship policies as can low power FM radios be a solution against governments who only hand out licenses to those who support them. We want to discuss how we can set up alternative media and community websites or FM radios in impoverished areas and villages, keeping in mind that teaching people how to administrate their own media is a core concept for media democracy. We hope to also set up a volunteer based consultancy group for people who want to build websites providing assistance as well as software.

4. Right to technology

Access to technology is a human right in a world where knowledge and information is decisive for people’s well being, their career, their lives. However, much more even than in the North, INTEL and Microsoft are controlling technologies and their access in most developing countries and especially in the Arab world. One of their strategies is to set up ready made centers for NGOs for a period of two years for free. Thus, Microsoft and INTEL look like the good guys, creating themselves a huge advertising billboard, and can, at the same time, study new markets with local sensibilities, while doing low-cost development of Arabic-software. The output on the other hand, for civil society is low. As basically none of these NGOs can maintain the center after two years, they loose it. Thus even if some good work is done, it is not sustainable and has no impact on society, like much of foreign aid it may even stifle activity and tame grass root groups.

5. Precarity of Information workers

Whether North or South information workers are ignored by the unions. In much of the developing world they may not even get any social security as state policies don’t recognize them. This new immerging work force may still seem better off than the rest. However, this will change with its growth while at the same time the deterioration of workers’ rights can be pushed further into society. Many of us belong to this workforce ourselves. We want to discuss at the summit how we can organize and create unions defending our rights world wide.

6. Digitization and Access to Resources

A small and limited amount of funding for ICT projects and programs goes to developing localization tools, specifically translation into local languages and digitization of local knowledge. Indigenous language localization tools, such as OCR programs, are still very costly and underdeveloped. We suggest restructuring ICT and ICT4D funding and investment to take into consideration both local needs and localization of knowledge tools.

7. Freedom of Movement as a right to communication

People move across physical and virtual borders. People push the electronic frontiers through digital and physical communication. States and multinationals are enforcing control of both flows. To keep people from moving where they want, means to keep them from communicating in the way they have chosen.

*****

Le prochain Sommet de la Société de l’Information aura lieu à Tunis en Tunisie. Les organisateurs veulent se concentrer sur l’utilisation gouvernementale et corporative de l’information et des technologies de communication. Cette approche tombe à pic avec le choix du lieu.

La Tunisie n’est pas seulement un allié prisé par l’Occident, mais elle est aussi considérée comme ce que l’on nomme le modèle Occidental par rapport au reste du monde Arabe. Pourquoi ? Parce que la Tunisie a totalement privatisé son secteur textile qui a dynamisé son économie par une production dans des usines d’occasion, de textiles très bon marché, que l’on appelle aussi sweat shops ou magasins de sucrerie, qui exportent leur production vers l’Europe et les USA. Toutefois, le Président Ben Ali exerce en même temps une dictature sans merci qui confisque la parole à tout dissident.

Par conséquent, le choix du lieu pour un sommet de la société de l’information est bien plus qu’hypocrite. Alors que la Tunisie rattrape les écarts économiques avec le Nord capitaliste, elle est loin de toute société d’information si l’on parle de liberté d’information.

Pourtant le sommet ne donne pas seulement une légitimité à un régime répressif mais ses objectifs ignorent aussi la situation sociale et technologique dans la région.

La majorité des gens dans cette partie du monde n’ont pas accès à l’Internet. S’ils y accèdent à travers les cybercafés ou les universités, ils manquent souvent du savoir faire technologique qui le permet d’adapter le monde du web à leurs besoins propres, comme savent le faire les gens du Nord. Et le commerce électronique est certainement la dernière chose dont ils ont besoin.

Lorsqu’on regarde de près l’usage que veulent faire les gouvernements avec les Technologies de l’Information et des Communications TIC, qui sera donc discuté à Tunis, l’on constate que pour les ministères il ne s’agit pas seulement de spécifier l’utilisation des sites web pour les citoyens. Ils veulent aussi obtenir plus de contrôle des technologies, qui permettra donc plus de censure et de persécution des activistes.

Actuellement, les débats en cours portent sur la question de savoir si Internet devrait être dirigé par l’ICANN (dominé par le monde privé des affaires) ou s’il doit être transféré sous la direction de l’Union Internationale des Communications ITU (dominée par les Etats). Un pays comme la Tunisie recevra certainement très favorablement un tel transfère. Mais le sujet reste pertinent partout dans le monde puisque les gouvernements essayent partout de diminuer les libertés civiles au nom de la guerre dite contre le terrorisme.

Nous voulons, dans un sommet concurrent, exposer ces problèmes ensemble avec des organisations civiles, des médias et des militants des droits de l’Homme de la région.

Quelques idées pour plus de discussion, d’actions et d’atelier de travaux pratiques pour le Contre Sommet :

1. Censure

Dans tout le monde Arabe et une grande partie de l’Afrique la liberté d’expression n’existe pas. La plupart des pays ont des censeurs qui décident de ce qui est convenable à lire ou à voir pour leurs peuples. Tous ces pays contrôlent les médias en imposant des autorisations très difficiles à obtenir. Dans le cadre du SMSI, nous voulons appeler à l’abolition de toute forme de censure.

2. Répression des activistes dans le domaine des médias

De plus en plus de personnes ont découvert l’Internet pour s’exprimer et pour organiser des oppositions dans des pays qui punissent ces deux activités par la prison. Alors qu’au début les régimes semblaient inconscients de cet activisme, ils ont maintenant commencé à réagir. Beaucoup d’activistes ont été arrêtés et font face à des peines d’emprisonnement, comme par exemple la communauté gay en Egypte. En Tunisie et en Syrie les activistes d’Internet sont persécutés. Le Sommet pourrait être une excellente opportunité pour diffuser des informations sur ces cas et appeler à la solidarité.

3. Création d’accès

Dans une certaine mesure l’Internet peut être un instrument pour contourner les politiques de restriction et de censure comme sont, les faibles bandes FM des radios, des solutions contre les gouvernements qui n’accordent de licence qu’à ceux qui les soutiennent. Nous voulons discuter comment nous pouvons établir des médias alternatifs et des sites web communautaires ou des radios FM dans les zones pauvres et les villages, tout en gardant à l’esprit qu’apprendre aux gens comment gérer leur propre média est un concept de base pour la démocratie médiatique. Nous espérons aussi établir un groupe de consultation basé sur le volontariat pour fournir des softwares et de l’assistance à ceux qui veulent construire des sites web.

4. Le droit à la technologie

L’accès à la technologie est un droit humain dans un monde où la connaissance et l’information sont primordiales pour le bien être des gens, pour leur carrières et pour leur vie. Toutefois, et bien plus que dans le Nord, INTEL et Microsoft contrôlent les technologies et leur accès dans la plupart des pays en développement et surtout dans le monde Arabe.

Une de leurs stratégies est d’établir des centres prêts à l’emploi gratuitement pour des ONG sur une période de deux ans. Par conséquent, Microsoft et INTEL apparaissent comme des bienfaiteurs tout en se créant pour eux-mêmes un immense panneau publicitaire, et peuvent en même temps étudier de nouveaux marchés avec les sensibilités locales tout en développant à bas prix des softwares arabes.

Mais par ailleurs la contre partie pour les sociétés civiles est infime. Comme à priori aucune ONG ne peut maintenir un centre au-delà des deux années gratuites, elle le perd. Par conséquent même si un bon travail a été fait, n’étant pas durable il n’a pas d’impact sur la société tout comme beaucoup d’aides étrangères qui peuvent étouffer mêmes les activités des groupes les plus dociles lorsqu’elles ne sont pas durables.

5. Précarité de la situation des travailleurs dans le domaine de l’information

Que ce soit dans le Nord ou dans le Sud, les travailleurs dans les domaines de l’Information sont ignorés par les unions syndicales. Dans beaucoup de pays en développement ils n’ont probablement même pas de sécurité sociale puisque les politiques des Etats ne les reconnaissent pas. Cette nouvelle force de travail émergeante semble toute de même se porter mieux que d’autres. Toutefois cela changera avec son développement mais en même temps la détérioration des droits des travailleurs peut s’accentuer dans les sociétés. Beaucoup d’entre nous appartiennent à cette force de travail. Nous voulons discuter au Sommet comment nous pouvons organiser et créer des unions syndicales défendant nos droits à travers le monde.

6. Numérisation et accès aux ressources

Une partie petit et limitée des financements pour les projet et programmes des TIC sert à développer les outils de localisations, plus spécifiquement la traduction dans les langues locales et la numérisation du savoir local. Les outils de localisation des langues indigènes, tels que les programmes OCR, sont encore très coûteux et sous-développés. Nous suggérons de restructurer les financements et les investissements des TIC et des TIC4D de manière à prendre en considération autant les besoins locaux que la localisation du savoir.

7. La liberté de circulation en tant que droit de communication

Les gens circulent à travers les frontières matérielles et virtuelles. Les gens poussent les frontières à travers la communication physique et numérique. Les Etats et les multinationales renforcent les contrôlent sur les deux flux. Empêcher les gens de circuler où ils veulent, veut dire les empêcher de communiquer avec la méthode de leur choix.

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.