Plantu, Tunisie

Plantu, Tunisie

Si nulle qu’en soit la portée en termes de symbolique d’ouverture politique, la libération intervenue récemment de quelque 80 détenus politiques n’en aura pas moins été un moment fort d’émotions et de communion, réelles et virtuelles, entre tous ceux qui ont de la politique une conception éthique, situant leur engagement dans le cadre transcendantal des valeurs démocratiques et patriotiques éprouvées comme valeurs morales, au-delà ou en dehors de la diversité et de la conflictualité des représentations idéologiques et des appartenances partisanes.

Le point de vue qui suit s’autorise de cette sensibilité pour revenir, au moment où il est réactualisé, sur le difficile problème des détenus politiques, compte tenu de ses facettes à la fois :

  • morales et humanitaires relativement à leur dramatique condition,
  • idéologiques et partisanes, en référence à leur filiation islamistes,
  • politiques, enfin, au regard de la valeur symbolique décisive de la question des détenus comme enjeux reflétant et mesurant l’état général des rapports de force dans la lutte de tout le mouvement démocratique et patriotique, organisations et opinion confondues, contre le régime tortionnaire des mafia de Ben Ali.

Il faut rappeler, pour commencer, que le problème est réactualisé sur fond d’attentisme impuissant, voire de lassitude et, en tout cas, d’hésitations manifestes depuis quelque temps déjà dans le camp des islamistes eux-mêmes, quant à la nature de leur opposition à la dictature de Ben Ali. L’on comprend mieux, dans le prolongement de ce rappel, les réactions de nombre d’entre eux qui, saisis d’une euphorie conciliatrice, ont étalé des dispositions toute plates au « dialogue », à « l’oubli » et au « pardon », à l’occasion de la libération de près de 70 prisonniers des leurs sur un total d’environ 600. Tout le monde savait pourtant cette libération conditionnelle, sur grâce présidentielle, à quelques mois ou à quelques semaines seulement du terme de leur peine. Mais non, eux salueront quand même un acte « bon » et même « courageux », et lui attribueront une symbolique d’« ouverture » politique plus fantasmée que réelle. Déroutant !

Au regard des formes de l’annonce de la décision et des modalités de son application, anormalement et significativement entourées de discrétion, des habituelles restrictions policières qui soumettent la liberté supposée retrouvée à toutes sortes d’interdits…, des termes de « la clarification » des autorités, repris par le tortionnaire en chef lui-même, dans son discours de ré-investiture devant le parlement : «  nous n’avons pas de détenu d’opinion ni de prisonnier politique et que l’action politique est libre »(1) …, comment accréditer ce « geste » de quelque bonnes intentions politiques que ce soit !!? N’est-ce pas plutôt une réaction à minima aux critiques de l’étranger ; peut-être aussi un cadeau empoisonné destiné à aiguiser les contradictions parmi les islamistes eux-mêmes et, au delà, à jouer les uns contre les autres les grands courants de l’opposition.. ?! Et puis qui a dit qu’un dictateur est incapable ou interdit de gestes « bons » !

N’est-ce pas le propre de sa tyrannie que de décider à ses heures de ce qui ne se décide, et de faire selon son bon plaisir ce qui ne se fait, en bonne démocratie, que par le Droit et les institutions de l’Etat de droit ? Et si ce geste tant hypertrophié n’était finalement que le message d’un dictateur sur-assuré de sa puissance, adressé comme …..un bras d’honneur à toute l’opposition !

Que rien de tout cela n’interroge les islamistes qui préfèrent ne rien en savoir pour mieux se convaincre des motivations « généreuses » et « lucides » de l’initiative (2), voilà qui confirme rétrospectivement la nature manouvrière plutôt que stratégique, déjà perceptible en son temps, de la déclaration de boycott des élections par les islamistes. Une déclaration, justement ; pas vraiment une position déployant logistique d’activités et militants !

J’ai lu quelque part que ce faisant, les islamistes « font de la politique. » Et certes cette politique-là existe bien, au delà des islamistes et bien plus que chez eux, au demeurant. Mais dès lors qu’elle confond le volontarisme et la transparence de l’action militante avec l’instrumentation et la manipulation de l’opinion publique et du peuple, dont ont se réclame tant par ailleurs, il faut la déclarer inacceptable d’où qu’elle vienne. Inacceptable et d’autant plus illégitime qu’elle produit précisément méfiance et révulsion à l’égard de la politique. Or, ce genre de pratiques n’en est pas, qui ressortit plutôt à ce que le sens commun exècre d’ordinaire sous les termes de magouilles et de politicards…
La politique c’est d’abord, et tout particulièrement lorsqu’elle désigne l’opposition militante à la dictature et à l’oppression, une communication éthique avec l’opinion publique et le peuple, qui présuppose en tout premier lieu la clarté sur les fondamentaux, et la fermeté sur le stratégique. En l’occurrence, savoir si les islamistes sont en rupture vraie avec la dictature ou dans une logique de négociation d’un espace sous son emprise, est le principal de ces fondamentaux et du stratégique.

Or, il est patent que la réponse à cette question, éminemment politique, est biaisée, pour ne pas dire embrouillée, par la douloureuse situation des prisonniers et de leurs familles justement, chez les islamistes eux-mêmes. Ce n’est pas un secret en effet que En-nahdha oscille entre une ligne pour ainsi dire humanitaire, qui subordonne sa stratégie politique à la solution du problème dramatiquement pesant de ses détenus, et une ligne inverse qui maintient la prédominance de l’antagonisme politique avec le régime, en se prévalant notamment de la résistance inébranlable des prisonniers eux-mêmes aux « offres de repentir » des tortionnaires (3).

Les variations du discours islamistes apparaissent dès lors comme autant de manifestations d’hésitation sur un débat politico-moral en première approximation, mais qui n’en recèle pas moins, en deuxième approximation, une lutte d’influences proprement politique entre tendances à « la conciliation » et stratégie de rupture avec le régime. Ce en quoi, il n’est pas qu’une affaire islamo-islamiste. Il me semble, en particulier, que certains islamistes, enfermés dans un sectarisme mortel, et non moins détestable que l’éradicationnisme des laïcistes hystériques, doivent lâcher prise, et se rendre à l’évidence que la question des prisonniers politiques, islamistes ou non du reste, est une cause de la lutte démocratique et patriotique dans son ensemble, heureusement reconnue, et qui doit être encore plus massivement adoptée comme telle, au premier rang de ses revendications les plus consensuelles, et non pas une affaire idéologique et partisane, décidable en fonction d’affinités ou d’inimitiés mutuellement exclusives.

Concéder si peu que ce soit sur l’exigence de la reconnaissance du statut politique des prisonniers, et sur la revendication qui lui est consubstantielle d’une loi d’amnistie générale et inconditionnelle, revient en effet, d’où qu’il vienne, à valider l’abjecte position-propagande du régime qui tient les prisonniers politiques pour des criminels de droit commun et, par là-même, à admettre de fait la dé-légitimation et la criminalisation de tout le mouvement de résistance à la dictature. C’est-à-dire, au final, à conforter le pouvoir des mafia et des tortionnaires !!
Puisse cet intérêt général aider les islamistes à sortir de leur ambivalence, et faire la clarté sur leur stratégie. Au delà de leurs contradictions internes, qui les regardent, ils le doivent au mouvement et à l’opinion démocratiques et patriotiques sous peine de lourdes suspicions, et d’un peu plus d’air de défaite dans une atmosphère qui n’en manque pas.

notes :

(1) Extrait de discours, www.tunisnews.net du 17 11 04

(2) Il est significatif qu’un islamiste, ancien militants torturé, actuellement résident en Suisse, s’est vu reproché sa nouvelle poursuite judiciaire pour torture, engagée au civil cette fois, à l’encontre du gouvernement tunisien et nommément de son ministre de l’intérieur de l’époque, le tortionnaire A. KALLAL. La démarche du plaignant n’est pas apprécié au moment où « l’initiative politique du président Ben Ali » fait espérer à toutes les parties de l’opposition une réconciliation nationale …qui tourne la page sur les blessures du passé » (Pour les détails, voir
أم فاروق : ليس دفاعا عن القلال www.tunisnews.net du 10 11 04
عبد النّاصر نايت ليمان : ردا على أم فاروق- تفسير وإيضاح www.tunisnews.net du 13 11 04

(3) J’ai souvenir d’un texte d’un Nahdhaoui, Ahmed Gaaloul, je crois, qui saisissait l’opinion de ces questions. Malheureusement, je ne sais plus sur quel support. Tunisnews, probablement …

ouildbledmail-watani@yahoo.fr

Inscrivez-vous

à notre newsletter

pour ne rien rater de nawaat.org

Leave a Reply

Your email address will not be published.